contesEditions Thierry Magnier, 9 février 2013, 48 p.

♥♥♥♥♥

Plus besoin de présenter le haïku. Encore moins les contes de fées traditionnels - si peut-être, méfiez-vous de certaines versions qui leur ont ôté leur saveur initiale...

Même principe que Fables en Haïku et Mythes en Haïku : Agnès Domergue réécrit vingt contes en haïku, Cécile Hudrisier les illustre très joliment (trait fin et aquarelle) et de manière poétique.
Si on connaît le conte d'origine, on le retrouve à coup sûr* avec les mots subtilement choisis par l'auteur, et on se régale ensuite d'avoir confirmation avec le dessin de l'illustratrice, et bien sûr d'admirer son travail de traduction en images.
Autre délice : attendre de voir l'adaptation de ses contes préférés (Les Trois Petits Cochons, le Petit Chaperon Rouge, Barbe-Bleue...).

Ayant déjà lu, regardé, admiré Fables et Mythes plusieurs fois, j'ai été moins surprise, moins bluffée par le génie des auteurs. Mais connaissant davantage ce répertoire, je m'y suis mieux retrouvée, j'ai donc préféré ce recueil.

Je ne me lasse pas de regarder l'illustration de Pinocchio, et de relire le haïku qui correspond à Peau d'Ane. En douze mots, l'horreur indicible de l'inceste est exprimée sobrement, à vous glacer le sang :
« Ta robe sur ma peau / plutôt que l'anneau / de mon père ».

Boulotté égoïstement le jour de l'achat, alors que je prévoyais une lecture-devinettes commune en famille...

Merci à L. qui m'a fait connaître cette série !

* il manquait à mon répertoire 'Les Cygnes sauvages' et 'Raiponce'

contes2