marthaL'Association, 19 septembre 2016, 115 p.

♠♠

Album pris au hasard à la médiathèque, parce qu'on m'a vanté le travail d'Emmanuel Guibert, notamment son 'Photographe' (co-écrit avec Didier Lefèvre), que je n'ai pas lu.

L'ouvrage est en bout de gondole, gage de qualité, la couverture m'attire, je ne sais rien de ce couple, ou de ce duo, « Martha et Alan », mais à en croire le titre, Alan Ingram Cope est célèbre.
Allez hop, je prends, je vais apprendre des trucs, et comme j'aime bien les surprises, je laisse l'album me dévoiler qui sont ces gens, je ne regarde pas sur le net. Donc pendant plus de cent pages sans bulles, illustrées à la Norman Rockwell, je navigue à vue dans des souvenirs d'enfance très anecdotiques : Martha était gentille, la belle-mère d'Alan beaucoup moins, elle l'empêchait de boire du lait, heureusement que la maman de Martha lui en donnait. Et puis les deux enfants ont grandi, se sont perdus de vue, se sont retrouvés, se sont séparés, et chacun pour soi est reparti, dans l'tourbillon de la vie, quoi... on sait ce que c'est ! ♪♫ *

Je n'ai compris qu'à la fin, en lisant quelques avis sur Babelio, qu'Emmanuel Guibert revenait sur l'enfance d'un des personnages récurrents de son oeuvre, Alan.
Cette tranche de vie ne m'a pas semblé présenter grand intérêt pour qui ne connaît pas le monsieur...
Tant pis pour moi. Encore la preuve qu'on devrait peut-être, parfois, lire les quatrième de couv/présentations de l'éditeur...

* cf. interprétations de Jeanne Moreau et de François Hadji-Lazaro avec son groupe 'Pigalle'

agenda 1e février - emprunt mdtk