tes petits camaradesThierry Magnier Editions, Petite Poche, 13 octobre 2008, 45 p.

■  lu par Canel

♥♥

Parmi les 1 001 craintes du parent anxieux : que son enfant ait du mal à s'intégrer dans un groupe, à l'école, qu'il ne parvienne pas à se faire des amis, et pire encore, bien sûr, qu'il se fasse malmener par les autres.
Valentin est un petit garçon de ce genre, isolé et parfois victime de brimades. C'est un peu mieux depuis qu'il a déménagé, mais il n'a toujours pas de copains.
Sa mère ne lui en parle pas directement, mais elle en souffre, visiblement : elle le pousse à inviter quelques camarades pour son anniversaire.
Il va falloir trouver une solution pour sauver la face et rassurer la maman...

J'emprunte souvent des romans de la collection 'Petite Poche' (Thierry Magnier) à la bibliothèque : ils sont intéressants pour les adultes, mais le ton et les thématiques me semblent rarement adaptés au public visé (6-8 ans).
J'ai trouvé celui-ci parfait, les lecteurs de tous âges peuvent s'identifier aussi bien au parent inquiet qu'à l'enfant soucieux de rassurer son entourage.
L'histoire serre la gorge d'emblée, on attend impatiemment des jours meilleurs pour Valentin, on espère... Et on réfléchit sans prise de tête sur l'amitié, l'ouverture et la tolérance, mais aussi sur la solitude : un plaisir à savourer ou une mise à l'écart honteuse ?

■  et Mr

L'anniversaire de Valentin approche. Sa maman lui redemande la liste de ses invités, le petit garçon s'affole. Il n'a pas d'amis et n'ose pas l'avouer à sa mère. Il en a tellement honte que tous les stratagèmes deviennent bons pour le cacher.

Bien qu'écrite à la 3e personne du singulier, l'histoire est racontée du point de vue de l'enfant de dix ans, ce qui la rend particulièrement crédible et triste.
Adapté au jeune public auquel il est destiné, ce court roman peut être l'occasion d'échanges intéressants avec les enfants. Il permet d'expliquer que certains problèmes doivent être confiés aux adultes pour trouver ensemble des solutions.

< emprunt mdtk >