je me suis tueEditions Grasset & Fasquelle, 2015
Points, 12 janvier 2017, 144 p.
mm-
♥♥♥♥♥

Claire est en prison. Comment cette quadragénaire « équilibrée, éduquée, sans le moindre antécédent psychiatrique, bourgeoise, aisée, sans angoisse vitale » est-elle arrivée là ?
Je ne vous dirai pas ce qu'elle a fait, on l'apprend doucement, tardivement. L'auteur remonte le fil par le biais d'une lettre ultime que la détenue écrit à son mari.
Entre le drame déclencheur et son geste fatal, plusieurs mois se sont écoulés. Pour se protéger et épargner ses proches, cette femme forte et fière s'est emmurée dans un silence destructeur, dans l'orgueil et le déni, a tissé sa propre toile, s'est empêtrée dans des désirs inconciliables...

Mathieu Menegaux signe là un premier roman aussi captivant que dérangeant. Je l'ai lu d'une traite, il m'a bouleversée, j'ai admiré la capacité de l'auteur à « se glisser dans la peau d'une femme », comme il le dit lui-même dans les remerciements. ** SPOIL ** Il nous parle de désir d'enfant, de viol, d'avortement, de couple, de maternité, de folie, mais aussi de dignité et de solitude extrême... **

Même si le suspense tient rapidement le lecteur en haleine, cet ouvrage n'est pas vraiment un thriller. Plutôt un roman très noir au cheminement intelligent et réaliste, donc saisissant et perturbant.

agenda 19 février

💀 challenge polars & thrillers 2016-2017 chez Sharon - 31e  💀

logo sharon polar 201617

 Parmi les nombreuses chansons évoquées dans l'ouvrage : Quelques mots d'amour...

« Il manque quelqu'un près de moi,
je me retourne, tout le monde est là.
D'où vient ce sentiment bizarre que je suis seule,
parmi tous ces amis et ces gens qui ne veulent
que quelques mots d'amour. »