ce que tient ta mainDon Quichotte, 5 janvier 2017, 288 p.

♥♥

A travers les destins de Karim, Aurélien, Lila, Adam et de quelques autres plus ou moins anonymes, l'auteur dresse un tableau très sombre de l'Etat Islamique, de leurs têtes pensantes/dirigeantes à leurs exécutants. Approche et recrutement par internet, départ de jeunes volontaires ultra-motivés, combats en Syrie, implication de petits enfants (qui doivent s'entraîner à tuer en éventrant des peluches, en égorgeant des volailles...), embrigadement d'adolescentes, au 'mieux' pour être soldates, au pire pour servir de putes à qui-n'en-veut.

Pascal Manoukian n'épargne pas grand chose à son lecteur. J'avais pu le constater avec son excellent premier roman Les échoués, consacré au parcours de quelques migrants arrivés clandestinement en France au début des années 90.

Ce dernier ouvrage est très instructif, certes, et il montre bien le pouvoir des images et des baratins de propagande véhiculés via le net, mais cette vision catastrophiste m'a dérangée, même si elle correspond à la réalité - je n'en doute pas. L'auteur a beau souligner à quel point les jeunes recrues de l'EI sont les premières victimes, on peut craindre que certains confondent ses véritables intentions avec un discours prônant un repli franchouillo-nationaliste, un appel à une méfiance accrue à l'égard de l'islam et des étrangers (du genre 'Attention, les terroristes sont partout !').

Je préfère les approches plus nuancées, plus subtiles d'Ingrid Desjours dans Les fauves, et de Thierry Jonquet dans Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte.

agenda 3 au 7 mars