Editions du Rouergue, DoAdo, 1999, 110 p.

Un grand moment dans la scolarité de nos chers petits : le stage d'observation de troisième. Il sert à quoi, au fait ?
« [Il] permet de découvrir le monde du travail ainsi que les différents métiers de l'entreprise.
Il a donc pour objectif principal d'épauler le jeune :
- pour trouver sa voie ;
- lors de son orientation professionnelle ;
- ainsi que sur le secteur d'activité où il aimerait s'investir plus tard professionnellement.
Ces différentes rencontres professionnelles l'aideront à :
- bâtir ses choix futurs ;
- se rendre compte de la difficulté, de la pénibilité et/ou de la rigueur de certains métiers.
Le stage de 3e a pour mission d'aider le jeune à choisir un métier correspondant à son savoir-être, son savoir-faire afin que ce dernier ne s'aventure pas dans une filière professionnelle inadaptée. »
(source : https://stage.ooreka.fr/comprendre/stage-en-3eme)

Ah les jolis mots que voilà ! C'est un parcours du combattant pour les parents, si votre enfant manque un peu de mordant, d'audace, comme vous-même à cet âge, et même quelques années plus tard...
Votre ado rêve de découvrir le monde de la presse (radio, TV, journaux) ? Vous allez passer un mercredi après-midi à téléphoner, envoyer des mails, même à France Bleu et à FIP en désespoir de cause (alors que votre petit kiffe sur Fun Radio ou Sky Rock)... pour apprendre qu'ils ont leur quota depuis des mois, voire un an.
Même la bibliothèque du coin, dont vous êtes une habituée depuis 15 ans, ne prend pas votre chérubin. Là, il faut dire que ça passe par une lettre pompeuse à « Monsieur le Sénateur-Maire » (sic) de la commune qui, au mieux ne vous connaît pas, au pire vous a repéré lors d'un problème, et a pléthore de rejetons de bons copains à placer avant le vôtre.
Enfin bref, si vous avez la chance de pouvoir pistonner votre enfant, ça finira comme ça : il viendra à reculons dans la boîte où travaille papa ou maman - et découvrira à l'occasion que oui, vous avez du taf, que vous êtes beaucoup plus dynamique qu'à la maison, et que malgré votre sale caractère, vous vous entendez bien avec vos collègues (ceux que vous critiquez le soir), et que le midi au self, on rigole bien, comme des mômes... Ouf, le stage aura au moins servi à ça !                                                                         

Revenons au livre : Alex rêvait de passer sa semaine de stage-découverte accroché à un camion-poubelle : pas possible, trop dangereux. Bon, alors terroriste ? pour suivre les traces d'un papa communiste révolutionnaire. Calmez-vous, le roman a été écrit en 1999, l'idée était plus rigolote à l'époque qu'aujourd'hui... Finalement, Alex échoue dans la gazette locale, il se voit grand reporter, comme Albert Londres ; il sera à la rubrique des chiens écrasés (tournois de pétanque, centenaire de la doyenne du patelin...).

Histoire plaisante, amusante, mais beaucoup moins pêchue et drôle que 'Couscous Clan', par exemple, du même auteur. L'intrigue prend des allures de roman noir assez invraisemblable - non pas sur le fond, on voit que les détournements d'argent public, c'est monnaie courante, mais sur la forme, puisque deux adolescents participent activement à lever un lièvre de 500 000 francs (soit 75 000 euros).
Reste une bonne critique du monde de la presse, souvent à la solde d'industriels, d'élus...

agenda 31/03 > 01/04

💀 challenge polars & thrillers 2016-2017 chez Sharon - 37e  💀

logo sharon polar 201617