eugénieL'Avant-Scène théâtre, Collection 'Quatre-Vents Contemporain', 16 novembre 2015, 76 p.

comedeb♥♥

Ils voulaient un enfant, ils n'y arrivaient pas. Ou plutôt si, mais l'enfant ne « s'accrochait pas », comme on dit lorsqu'on voit tristement le sang couler alors que le test de grossesse était bon, quelques jours ou quelques semaines plus tôt...
C'est devenu un défi pour Sarah et Sam, une obsession, une course contre la montre, au point de faire l'amour sur le lieu de travail du futur papa au moment de la ponte ovulaire. Au point d'aller se palucher à la va-vite dans une pièce sinistre d'hôpital, devant des DVD et revues, pour recueillir les précieuses gouttes séminales dans un flacon en plastique.
Ça a l'air bon, cette fois, le bébé tient, c'est une petite fille. Comment l'appellera-t-on ? Débat passionné entre papa et maman. Ah oui mais tiens, à l'échographie, à l'amniocentèse, on voit que... peut-être... il se pourrait bien que...

Une pièce surréaliste, grinçante, dérangeante. On y retrouve ses propres angoisses ou celles de proches lorsque l'enfant tarde à paraître, et celles qui jalonnent la grossesse. La voix de la future grand-mère est bien vue, se faisant l'avocat du diable (féministe, entre autres). J'ai reconnu également la froideur médicale, et trouvé l'auteur doué pour rendre compte du hiatus mère-père lorsqu'il s'avère que l'enfant ne sera peut-être pas aussi parfait qu'on l'imaginait, et que la question de l'avortement thérapeutique se pose - déjà des différences : la femme, déjà une maman attachée à son tout-petit, l'homme plus pragmatique, plus froid...

Idée de lecture suscitée par la pièce 'Soyez vous-même' (du même auteur), vue sur scène récemment - aussi cruelle, mais cette fois sur les rapports de force entre une recruteuse sadique et une jeune postulante lors d'un entretien d'embauche...

agenda 6 avril