54première parution en 1996
L'Atalante Editions, 11 mars 2016, 189 p.

lu par Mr

♥♥

Lilian Fauger est un jeune coureur cycliste français. Lors de la 17ème étape du tour de France, il fausse compagnie au peloton pour se retrouver seul en tête de course. Les cadors et les grandes équipes qui roulent pour eux - ce qui n'est pas le cas de Lilian, jeune pro dont l'équipe est alors réduite à trois - laissent rarement ce type d'initiative aller à son terme. Par chance pour Lilian, aujourd'hui cela ne réagit pas très vite derrière lui, sans doute parce qu'il fait partie des mal-classés, jouant parfois le rôle de porteur de bidons pour ses partenaires. Lilian qui a prémédité son échappée commence croire à la victoire d'étape. L'auteur nous emmène dans son rêve, ou plutôt dans ses rêves puisque l'esprit de Lilian bat la campagne tandis qu'il tente d'oublier ses douleurs…

Malgré les louanges de cet ouvrage faites par plusieurs lecteurs (amateurs de cyclisme), la mise en page aérée a d'abord suscité ma méfiance, moi qui fuis les écritures hachurées et la poésie.

Très vite, j'ai été happé par l'histoire. le style et la typographie illustrent la manière dont l'esprit humain fonctionne parfois, passant d'une idée à l'autre, notamment quand on fournit un effort cadencé et pour ne plus penser aux douleurs qu'il occasionne.
De nombreuses gloires du cyclisme sont conviées, des destins tragiques rappelés, le décor et son envers (le dopage) exposés. Pour finir, et sans spoiler, on peut dire que la chute est inattendue…

Un livre que devraient adorer les amateurs de la grande boucle. Ceux qui, comme moi, aiment la petite reine mais détestent l'hypocrisie entourant la mise en scène de la compétition (cf. critiques de Bernard H. à l'encontre de Richard V. !) peuvent aussi l'apprécier.
Par contre, vous pourriez être déçu et vous ennuyer si vous appréciez surtout la déconne dans les romans noirs de JB Pouy, et êtes allergique au sport et au cyclisme... Canel, évite ! 😉