bénis

Bless the Beasts and Children, 1970
traduit de l'américain par Gisèle Bernier
Stock, 1971
Gallmeister, 2017, 173 p.

glen

lu par Mr 

♥♥♥♥

Six adolescents, mal dans leur peau et dans leur environnement familial, se retrouvent dans un camp d'été. Ils y ont été envoyés par leurs parents, désireux d'endurcir leurs rejetons. Ici, on est loin des jolies colonies de vacances chantées par Pierre Perret : la compétition est la première règle de vie. L'épreuve est si difficile pour ces gamins qu'ils semblent péter les plombs, se préparant à commettre des actes délictueux dont on ne découvre le détail que tardivement. 
N'est-ce pas précisément pour qu'ils s'émancipent que leurs parents les ont envoyés là, pour qu'ils apprennent à décider d'eux-mêmes d'une conduite à tenir et qu'ils aillent au bout de leurs engagements ? Leur projet, aussi fou soit-il, ne marquera-t-il pas finalement leur sortie de l'enfance ?

C'est en quelque sorte à un road-movie initiatique que l'on assiste. Les personnages sont attachants, et le suspense réside notamment dans l'inquiétude croissante que le lecteur ressent pour eux. Le style agréable contribue à rendre cette lecture addictive.

Un grand merci aux MaGi pour ce choix éclairé ! 😊