histoire carbone

Vuibert, 30 août 2013, 249 p.

lu par Mr

♥♥♥♥

L’auteur présente d’abord les étapes de la découverte du carbone par les scientifiques, depuis Empédocle (grec présocratique - de moins 490 à moins 430 av. JC environ), pour qui l’univers matériel était constitué de 4 éléments : l’eau, la terre, le feu et l’éther ou l’air. 
Ce n’est que relativement récemment que l’élément carbone fut isolé et identifié, et que les scientifiques comprirent son rôle vital (cycles végétatifs, constitution de l’ADN…).
Outre les théories des chercheurs à propos de la matière, leurs expériences et raisonnements sont exposés dans cet ouvrage, ceci de manière très compréhensible, y compris pour les non scientifiques.

Le bois, d’origine carbonée, fut l’une des premières sources d’énergie exploitée par l’homme, pour se chauffer, cuire ses aliments, travailler des métaux… Il céda en partie la place à son dérivé, le charbon de bois, qui permet d’atteindre de plus hautes températures. Puis le charbon sortit de terre… avant que le pétrole ne coule à flots ! Nous nous enfumons donc depuis des décennies, et la planète avec, d’autant plus que la population humaine croît et adopte des modes de vie de plus en plus énergivores. 
N’en déplaise aux climato-sceptiques, des gaz à effet de serre se sont accumulés dans l’atmosphère et continuent à y être rejetés massivement du fait des activités humaines, ce qui impacte le climat de manière dangereuse. 
Les matières premières carbonées ne sont pas seulement source d’énergie, elles servent aussi de matériaux pour les chimistes. J’ai été surpris de (re)découvrir que la chimie du bois et des végétaux - qui reviennent au goût du jour pour des raisons environnementales - a précédé la carbochimie et l’omniprésente pétrochimie. Les liens entre sciences fondamentales et sciences appliquées sont mis en évidence par des exemples de techniques utilisées quotidiennement. Le carbone est indéniablement utile mais l’abus est néfaste pour tous.

A partir de l’exemple de cet élément, l’auteur élargit la réflexion à la place des sciences dans nos sociétés, aux bienfaits et méfaits auxquels elles donnent naissance. Cette dernière partie m’a moins intéressé que le cœur du sujet annoncé en titre.

Je recommande cet ouvrage à tous, qui présente l’histoire du carbone et du CO2, de manière documentée et vulgarisée... Que la réflexion sur nos sociétés et modes de vie se poursuive, sinon tant pis pour nos descendants, s’il en reste… 😥