les nouvelles

Casterman, Sociorama, 25 janvier 2017, 300 p.

♥♥♥♥♥

Yasmine Bouagga est sociologue, Lisa Mandel illustratrice. 
Elles ont collaboré à plusieurs reprises pour la collection 'Sociorama', qui présente des sujets de société en BD. 
Elles se sont rendues dans la jungle de Calais de février à octobre 2016, et témoignent dans cet album du quotidien des migrants et de ceux qui leur viennent en aide. 

Même si le sujet ne prête pas à la rigolade, les auteurs parviennent à garder un recul et un humour qui évitent de tomber dans le pathos, tout en instruisant le lecteur puisqu'il s'agit d'une véritable enquête de terrain. 
On apprend ainsi beaucoup sur les conditions de (sur)vie dans les différents camps (Calais, Grande-Synthe, Chocques...) - l'économie parallèle qui se met en place, les 'guerres de clan' selon les origines, le triste sort des mineurs sans parents sur place, la prostitution pour être protégé... 
On comprend pourquoi certains réfugiés préfèrent attendre à Calais plutôt que d'accepter de partir dans des CAO (centres d'accueil et d'orientation) dans d'autres régions, s'ils ont des proches installés en Grande-Bretagne. 

utopiaOn prend conscience du formidable travail des associations (on distingue celle mandatée par l'Etat, et les assos indépendantes), on voit comment sont répartis nourriture, produits de première nécessité, vêtements... 

Et j'en oublie, parce que ma lecture date de deux mois.

A lire ! Il est rassurant d'apprendre qu'on peut aider par l'entremise d'associations sérieuses et efficaces, si on trouve inadmissibles l'inertie et les mesures répressives de l'Etat...

____

agenda2

août 

- Mon Pays, Claudio Capeo, 2016 -

Je les entends venir au loin 
Venir pour tout saccager 
Je n'ai pas d'autres choix que de laisser derrière moi 
Tous ceux que j'aime 
Et tout ce que j'ai été 

J'ai grandi dans la vallée 
Au milieu des champs de blé 
Seul devant ces barbelés 
Je suis un naufragé 
Qui ne sait même pas nager 

Oh mon dieu 
Non je ne mourrai pas ici 
Non je survivrai à la folie 
Je partirai pour pouvoir un jour 
A nos enfants tout raconter 
Et je dois te dire adieu 
Oh mon pays 
Mais sauras-tu me pardonner 

Ça me tue de t'abandonner 
Oh mon pays 
Je t'ai tant aimé 

Les souvenirs des mariages 
Les fêtes de famille au village 
Tout le monde était heureux 
Jusqu'à ce que ces fous furieux viennent 
Et se prennent pour dieu 
Comment pourrais-je oublier 
Toutes les larmes versées 
Je les revois toutes alignées 
En train de prier 
Juste avant de tomber 

Oh mon dieu 
Non je ne mourrai pas ici 
Non je survivrai à la folie 
Je partirai pour pouvoir un jour 
A nos enfants tout raconter 
Et je dois te dire adieu 
Oh mon pays 
Mais sauras-tu me pardonner 
Ça me tue de t'abandonner 
Oh mon pays 
Je t'ai tant aimé 
Comment pourrais-je oublier 
Toutes les larmes versées 
Seul devant ces barbelés 
Je suis un naufragé 
Qui ne sait même pas nager 

Oh mon dieu 
Non je ne mourrai pas ici 
Non je survivrai à la folie 
Je partirai pour pouvoir un jour 
A nos enfants tout raconter 
Et je dois te dire adieu 

Non je ne mourrai pas ici 
Je survivrai 
Et je dois te dire adieu