daho

Delcourt, 21 octobre 2015, 145 p.

♥♥♥♠♠

Confection d'un album de A à Z, en l'occurrence 'Chansons de l'innocence retrouvée' d'Etienne Daho (2013). 
Trois ans de la vie d'un disque : premières ébauches de textes, composition des musiques et arrangements, tri des titres à garder, enregistrements, choix de la couv (une femme très dénudée, à côté d'un Daho vêtu, lui), sortie dans les bacs, présentation officielle avec clips (un chouïa dégueu, ça fait parler) et promo médiatique, et puis tournée.

La démarche est intéressante, elle devrait ravir les fans, d'autant que la vedette y est présentée comme un homme exceptionnel aux multiples médailles - à revers, les médailles : Daho est perfectionniste et entêté mais ouvert aux autres avis, pop et rock, artisan et commercial, léger et profond, etc.

On apprend évidemment beaucoup sur le travail d'un musicien et de tous ceux qui gravitent autour de lui - et ça fait du monde, quand on est célèbre comme Daho et/ou produit par un 'grand' label !
On peut aussi trouver que cette BD est un support publicitaire grand luxe (120 pages) pour relancer un artiste dont la carrière décline.
Les témoignages de people et d'huiles de chez Pool-aux-oeufs-d'or nous rappellent, au cas où on l'oublierait, que la musique, c'est du bizness, qu'un album est avant tout un produit avec plein de fric en jeu, et donc que le public est envisagé comme une cible marketing - une poire, en gros. 
Pourquoi pas, mais où est "l'art" dans tout ça ? Enfin au moins les tripes, le talent, les émotions ? J'ai du mal à m'y retrouver, comme quand je vois des ventes de gadgets à l'effigie de la 'star' aux concerts de Thiéfaine, par exemple. Ça m'éteint quelques unes des étoiles que j'avais dans les yeux...

_____

agenda2

13 > 30 oct. - emprunt mdtk

ventes daho

Ventes d'albums d'Etienne Daho - source : www.chartsinfrance.net