esther12

Allary, 2 novembre 2017, 56 p.

♥♥♥♠♠

riad

Riad Sattouf a deux enfants de papier, plus ou moins fictifs, inspirés de personnages existant IRL : lui-même, petit garçon, et Esther, la fille pré-ado d'un de ses amis.
Entre les deux, mon coeur ne balance plus, je préfère le petit Riad. Trop entourée de filles durant ma jeunesse, je dois être plus surprise et amusée par la déconne juvéno-masculine ? Je me régale à la vivre par procuration via la fiction (Petit Nicolas, Journal d'un dégonflé, Titeuf...).

Revenons à Esther : elle vient d'entrer en 6e, dans un collège 'de prestige du centre de Paris' (sic), parce que son père a peur des mauvaises manières des gamins de l'établissement proche de chez eux. Comme la plupart des filles de son âge, elle a des préoccupations frivoles, égoïstes, elle s'intéresse aux fringues, aux gadgets et tombe amoureuse de chanteurs. Mais elle se soucie aussi de l'actualité, et se pose des questions sur le monde qui l'entoure (un peu en mode 'Miss France' quand même, avec des raccourcis simplistes). Elle est rigolote, punchy, sait s'imposer dans la jungle du collège et dans sa famille.

L'album étant une compilation de parutions hebdomadaires dans l'Obs, les planches sont assez répétitives, et certains sujets sans grand intérêt (lorsque la jeune fille se projette en présidente, éditrice, auteur, par exemple). Riad Sattouf sollicite-t-il trop Esther ? La rencontre-t-il une fois par semaine ? Ne trie-t-il pas assez ?

Je me suis quand même régalée avec les passages sur la politique, puisque l'année de sixième d'Esther correspond à une actualité riche, avec les présidentielles aux USA et en France. J'ai aimé aussi la façon dont le frère ado agace le père avec des débats souvent stériles et provocs, mais parfois pertinents - on s'y croirait !

Même si je retrouve Esther et sa famille avec plaisir d'un album à l'autre, je ne sais pas si je continuerai longtemps - l'auteur projette de la suivre jusqu'à ses dix-huit ans. Je crains qu'on tourne en rond, et surtout que cette démarche entretienne le narcissisme déjà bien présent chez tout adolescent. Alors quel intérêt si ces confidences sont de moins en moins spontanées, de la part d'une ado de plus en plus pudique ou qui, au contraire, se met de plus en plus en scène, consciente d'être une star ?

• Merci à Babelio et aux éditions Allary. Et à Sandrine pour cette lecture commune ! 😉 

____

agenda2

19 & 20 nov.

ce clip, un des kifs d'Esther