on la trouvait

Presse de la Cité, 12 octobre 2017, 460 p.

cauri♥♥♥♥♥ 

On peut trouver ce titre particulièrement cucul (d'autant que la couverture est plutôt kitsch aussi), et craindre que le reste soit à l'avenant. 

Il n'en est rien. Ce titre, ce sont les premiers mots de la superbe chanson de Pierre Perret, 'Lili' (1977) - histoire d'une jeune femme « qui arrivait des Somalis, dans un bateau plein d'émigrés, qui venaient tous de leur plein gré, vider les poubelles à Paris ». ♪♫
maliEt le parcours de Leyli, jolie Malienne imaginée par Bussi, est aussi douloureux que celui de sa 'grande soeur' Lili. Encore plus compliqué, même : la situation ne s'est pas arrangée en quarante ans, la route est longue pour les migrants qui veulent rejoindre l'Europe aujourd'hui.

Comme d'habitude, Michel Bussi m'a ferrée grâce à ses talents de conteur. Il a l'art de brouiller les pistes, de nous balader dans différents sens du terme et de nous instruire aussi (groupes sanguins, cauris...). Cette intrigue aussi émouvante que passionnante nous apprend beaucoup sur les difficultés des migrants, des sans-papiers, et nous dévoile des faces obscures des associations humanitaires.

Scène symbolique jubilatoire pour la mort... ** d'un des magnats pourris du réseau. **

____

agenda2

25 > 29 nov - merci Sandrine : ton billet m'a dissuadée d'attendre la sortie en poche !

*    *    *