le tps

Presses de la Cité, avril 2016
Pocket, 4 mai 2017, 624 p.

mb

lu par Mr

♥♥♥♥

Le 23 août 1989, une voiture rate un virage de montagne puis chute de plusieurs mètres, ne laissant guère de chance de survie à ses occupants. A une époque où chaque année plus de 10 000 personnes mouraient en France suite à des accidents de la route (mortalité à 30 jours), une telle information aurait pu n'être qu'un fait divers parmi d'autres. Mais l'événement s'est produit en Corse, et le véhicule accidenté était occupé par le fils et la famille du redouté Cassanu Idrissi, un grand propriétaire terrien local.

En 2006, Clotilde, petite-fille du toujours redouté Cassanu, revient sur les lieux du drame. Les questions sur ses circonstances s'imposent vite à elle, et au lecteur par la même occasion…

Ce dernier est tenu en haleine par chacun de ces deux récits, espacés de vingt-sept ans, mais étroitement et habilement imbriqués. 
Le dénouement de l'histoire est exagérément riche en scènes d'action (appel du pied pour un réalisateur de films du genre ?), et tellement improbable qu'il en devient ridicule. Heureusement, ceci n'ôte pas le plaisir ressenti à lire les 500 premières pages du livre, et ne nuit pas outre mesure à la cohérence globale de l'intrigue. Ce mélange entre un récit bien construit, avec des personnages habilement décrits, et une banale course contre la montre avec un exploit inouï, me laisse cependant quelques regrets, d'autant plus que le roman se termine par sa partie la moins réussie.

Amateurs du genre, je vous le recommande quand même.

► L'avis de Canel.