au pays

Kero, 24 janvier 2018, 288 p.

lu par Mr

♥♥♥♥♥

Anselme Baud, guide de montagne et professeur à l'Ecole Nationale de Ski et d'Alpinisme, témoigne de sa passion.
Adepte de sensations fortes, il affiche sa devise : « Là où c'est blanc, je passe ». A lire son récit, elle semble aussi être : « Vivre plutôt qu'être en vie, ou bien mourir ! » (celle-ci est de moi 😉). 
En haute montagne, le ski et l'escalade sont périlleux, et l'auteur rencontre souvent la mort : il apprend régulièrement celles d'amis, y échappe de peu lors d'une chute de pierres, et assiste à celle de son fils de 24 ans fauché par un sérac. 
Lorsqu'un rocher lui fracasse la mâchoire, il se 'console' en pensant n'avoir commis aucune erreur, qu'un aléa en est responsable. Mais son erreur n'est-elle pas de s'être exposé à de tels risques ? 
Le 1er mai 1994, Ayrton Senna a en tout cas négligé la première loi de Newton : « Tout corps persévère dans l'état de repos ou de mouvement uniforme en ligne droite dans lequel il se trouve, à moins que quelque force n'agisse sur lui, et ne le contraigne à changer d'état. »

L'auteur nous explique pourquoi il s'expose aux dangers de la montagne. Ce lieu et la manière dont il le parcourt ont forgé sa conception de la vie, et lui ont apporté une sagesse qu'il met en avant : « Grimper en haute montagne est une métaphore de la vie - complexe, rude, risquée, traversée de fulgurances et d'éblouissements, d'épreuves aussi, je le sais mieux que personne ».
Il explique ne pas avoir eu le choix, avoir simplement suivi ses inclinations et ne pas le regretter : « C'est comme si le vertige m'aspirait à l'envers, un appel à aller voir plus haut ! »
J'aime beaucoup cette citation d'Henri Bergson qu'Anselme Baud reprend en exergue : « Je ne vois qu'un moyen de savoir jusqu'où on peut aller, c'est de se mettre en route et de marcher ».

Non initié à l'escalade, quelques passages m'ont paru un peu trop techniques. Mais cet ouvrage est très agréable à livre, à la fois récit d'aventure et exposé d'une philosophie de vie.

___

• Merci à Babelio et aux éditions Kero !