=  expulsion  de  migrants  'hébergés'  sur  le  campus  de  Nantes

  ■ 5 mars, 21h : Action symbolique ce soir devant la préfecture [de Nantes], les occupants du château du Tertre [université] sont venus déposer des petites maisons en carton et une tente pour rappeler aux autorités leur devoir : engager une vraie politique d'accueil et de prise en charge des personnes à la rue, dont les exilés. La situation à l'université est en effet toujours très précaire, le président ayant décidé de réclamer l'expulsion auprès de la préfecture.
[...] 
Ce ne sont pas de bons sentiments "humanistes" dont nous avons besoin, mais de solutions concrètes ! Il y a parfois plus d'une centaine de personnes, dont des familles avec enfants, qui viennent trouver refuge à l'université, et la bonne volonté des étudiants et des collectifs d'aide ne suffit plus.
Tandis que l'humanitaire tente tant bien que mal de pallier le cynisme du politique, ce sont des êtres humains qui risquent d'être renvoyés à la rue et abandonnés à leur sort. Plus que jamais, ils ont besoin de notre soutien et de notre présence pour faire plier la machine infernale qui crée la misère.

expulsion

  ■ 7 marsLes bâtiments occupés depuis plusieurs mois à l’université de Nantes pour héberger des jeunes exilés à la rue ont tous été évacués ce matin.

Liens à suivre pour se tenir informés et aider si possible : Université de Nantes en lutteNantes avec les exilés.

*   *   *

indé