les histoires de franz

POL, 17 août 2017, 525 p.

♥♥♥♠♠

Suite des aventures de Franz, avec pas mal de flash-backs sur sa vie et celle de ses proches, et sur les événements dont la maison a été témoin au cours des décennies précédentes. Donc des redites par rapport au premier volet, Abraham & fils.
Nous sommes à la fin des années 60, Franz est au lycée et doit choisir son orientation. Pour certains, il va de soi qu'il sera médecin, comme papa. Mais ce grand lecteur qui écrit depuis l'âge de huit ans se verrait bien devenir écrivain. Dilemme !

On retrouve dans cette série et cet opus en particulier les thèmes de prédilection de Martin Winckler : cinéma, séries TV, littérature (SF et BD notamment), amour filial/parental et amitié, approches éducative et thérapeutique respectueuses basées sur l'écoute, tolérance, lutte contre les préjugés racistes et homophobes... Et bien sûr : gynécologie, droit des femmes, contraception, avortement.

Le récit est foisonnant, la construction foutraque (on se demande fréquemment qui est le narrateur), on ne voit pas très bien pourquoi tous ces témoignages sont compilés, et la surprise finale n'apporte pas grand chose, mais ça n'en était pas vraiment une pour moi, 'grâce' à un spoil sur Amaz*n, dès les premiers mots d'un billet - merci encore, p***** de b***** de m****... 😒
Le ton est souvent mièvre et les personnages sont trop manichéens - défauts que je n'avais pas constatés dans les autres textes de l'auteur, ou bien que j'ai oubliés. 
Un peu trop d'effets de manche aussi pour ménager artificiellement un suspense et nous inciter à poursuivre cette lecture et celle des ouvrages suivants. Ça m'agace d'être tirée par la manche comme ça.

J'ai passé malgré tout de bons moments de lecture parce que Martin Winckler a toujours plein de choses à nous dire pour nous ouvrir l'esprit et il le fait très bien, même s'il dilue trop.

____

agenda2

11 > 15 mars