la nuitAlbin Michel, 9 mai 2018, 496 p.

bauwen

  lu par Canel

♥♥♥♥♠  -  22 > 28 mai

Blouse blanche (urgences nocturnes, surmenage) 
& cape noire (sans épée ni faux, mais avec poignard luisant sous la lune).

Blouse blanche des médecins, autres soignants, étudiants en médecine.
Cape noire de la mort qui rôde et peut vous emporter à tout moment.

Comme Michel Bussi, Patrick Bauwen est doué pour raconter des histoires et rendre le lecteur accro dès les premières pages, en nous plongeant dans un univers anxiogène et une intrigue riche en surprises. 
Comme Franck Thilliez, Nicolas Lebel et quelques autres, Bauwen a plein de choses à nous apprendre - sur l'Histoire de Paris, les sciences, la médecine (il est lui-même urgentiste). Il a également l'art de parsemer son récit d'anecdotes.

Ce récit est centré sur la mort, phénomène qui nous effraie et répugne autant qu'il nous fascine : « Jadis, la mort faisait partie du quotidien. Nous vivions avec elle. Elle était supportable. Aujourd'hui, elle se déroule ailleurs, de façon neutre et aseptisée, si bien que sa représentation choque. Donc elle nous angoisse. »
En cela, il m'a rappelé certains aspects du roman de Laura Kasischke Les Revenants.

Tous ces éléments rendent cette lecture particulièrement agréable et addictive, et même si la fin peut décevoir (parce qu'une des ficelles est un peu grosse, et parce qu'on n'a pas le fin mot de l'histoire), on passe un très bon moment, au point d'attendre impatiemment la suite, et de se jeter immédiatement sur 'Le jour du Chien', le précédent et premier de la série 'Kovak', si on l'avait malencontreusement zappé.

_____

■  et Mr

♥♥♥♥

Lorsque Justine, étudiante, disparaît, le Docteur Kovac, médecin urgentiste et professeur à la faculté de médecine, se lance à sa recherche. En même temps, la police ouvre une enquête lorsqu'une jeune femme est découverte dans des couloirs désaffectés du métro - agressée et laissée pour morte.

Bien sûr ces affaires sont étroitement liées. Les investigations des uns et des autres risquent donc de se rencontrer, pour le plus grand plaisir du lecteur. Pour pimenter l'histoire, il s'avère que le Docteur Kovac a déjà eu affaire au Commissaire Batista en charge de l'enquête. Leurs rencontres sont souvent croustillantes.

Comme dans de nombreux polars, les coïncidences trop nombreuses nuisent à la crédibilité de l'histoire. Mais qu'importe, le roman débute de manière très accrocheuse et le lecteur se laisse prendre au suspense. 

Cette lecture a été un très bon moment de divertissement, malgré ces multiples coïncidences et une histoire bien glauque - pas trop gore cependant, l'auteur évitant d'en rajouter sur ce registre.

De cet auteur j'avais encore plus apprécié L'oeil de Caine, et Les Fantômes d'Eden
Bauwen n'utilise pas les même ficelles d'un roman à l'autre (ou le fait si habilement qu'il sait nous surprendre à chaque fois).
___

  •  
Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel !