une mère

Una Madre, 2014
alpatraduit de l'espagnol par Vanessa Capieu
Le Cherche Midi, 2017
Pocket, 26 avril 2018, 320 p.

♥♥♥

Une mère qui a longtemps vécu dans l'ombre d'un 'mauvais' mari, récemment divorcée, un peu à côté de la plaque, bigleuse, volubile, maladroite, gaffeuse, naïve, sans doute un chouia menteuse (il faut dire que sa fille aînée est tellement rigide), agaçante, horripilante même. 
Mais une maman formidablement aimante, généreuse, douée pour remettre les gens debout grâce à une douceur et une énergie inattendues chez une personne a priori si frivole.

espagneOn découvre les multiples facettes de la personnalité d'Amalia en cette soirée de St-Sylvestre. Cette 'madre' a rassemblé pour l'occasion son frère, ses trois enfants adultes et la compagne de la cadette, et tous craignent le pire, notamment le narrateur Fernando, petit dernier de la fratrie. Les réunions de famille, c'est souvent explosif, en particulier chez eux.

L'ambiance rappelle celle des romans de Jonathan Tropper. 
Moins de rebondissements ici, cependant, moins de situations burlesques. 
Malgré les appréhensions de chacun, il ne va finalement pas se passer grand-chose ce soir-là, à part quelques scoops lâchés par les uns et les autres, qui vont éveiller des souvenirs et susciter des émotions diverses.

Les dialogues et monologues sont pleins d'humour, tristes à pleurer aussi, parfois. L'auteur est très doué pour décrire les attitudes, réactions et postures des protagonistes, et nous renvoyer à des situations vécues, des sentiments qui font écho - dans le pire comme dans le meilleur. 
J'aimerais voir ce texte adapté en pièce, à la manière du tandem Bacri-Jaoui 'd'avant' (le melon), celui des années 90.

Un joli roman qui nous parle de solitude, de deuil, d'amour (maternel/filial/conjugal), de vie à oser vivre ou revivre en dépit des échecs et des drames.
A partager, avec nos enfants, parents. Pour tous les sexes.

Aussi beau, triste et optimiste que cette chanson de Luz Casal, Piensa en mi ♪♫ (BO du film Talons aiguilles, Pedro Almodovar, 1991). 
____

agenda2

5 > 8 août - merci, Iris, pour l'idée !  😘