communistesGlénat, Collection 1 000 Feuilles, 29 août 2018, 120 p.

♥♥♥♥

Les Fatals Picards chantent « Mon père était communiste comme on porte une croix. » ♪♫ *
... ou les convictions politiques comme sacerdoce, prosélytisme, engagement chronophage, contraintes. 

Idem pour Pascal Thivillon, qui décrit sa jeunesse dans les 70-80's de fils de militants PCF : manifs, distribution de tracts sur les marchés, porte-à-porte, collage d'affiches, réunions du comité, syndicalisme, fête de l'Huma. Et, le meilleur pour les enfants : Pif-gadget. 
Et puis l'euphorie en ce soir du 10 mai 1981 quand s'est affiché progressivement sur nos écrans TV, grâce à CII Honeywell Bull, le crâne chauve de... François Mitterrand, ouf ! Le changement, c'était enfin maintenant...

10 maiJ'ai aimé ce témoignage parce que :

- étant de la même génération que l'auteur, et de milieu modeste également, j'ai replongé avec lui dans mes années d'enfance et d'adolescence

- bien que fille de sympathisants PS frileux 😉 (non encartés), j'ai entendu ce genre de discours dans la famille et chez des amis de mes parents, et je garde la plus grande sympathie pour la gauche de l'époque et ses idéaux, pour ces gens qui bossaient dur le jour et ne ménageaient pas leur peine le soir et le WE pour essayer de mettre en place un avenir collectif meilleur

- l'auteur allie très bien le regard naïf du petit garçon d'alors et le recul de l'homme adulte qu'il est devenu (ceci à la fois dans son graphisme et dans ses propos), maintenant que l'eau a tellement coulé sous les ponts qu'elle est de plus en plus trouble, mais que les requins y trouvent toujours leur compte.

Les mots de la fin à l'auteur :  « Presque quarante ans plus tard, on connaît la suite... qui, pour papa, maman et leurs camarades fut sacrément décevante. Comme toujours, le poids implacable du réel a fini par tout écraser. C'est aux livres d'Histoire qu'appartient désormais cette époque. Elle fait régulièrement l'objet d'études universitaires, de débats idéologiques ou de controverses politiciennes. Mais de l'histoire des militants, ces petits soldats du quotidien, que reste-t-il ? Quelques photos aux couleurs délavées, quelques coupures de presse jaunies, quelques fragments de mémoires glanés de-ci de-là. Des souvenirs aux contours flous enfermés dans des boîtes d'archives... qui résisteront toujours. »

___

agenda21er septembre

*  Le combat ordinaire

... et en primeMon père était tellement de gauche