miss SBuchet • Chastel, 23 août 2018, 215 p.

ingr♥♥♥♥♥

« De Sarajevo, Joaquim n'a longtemps su que l'assassinat d'un archiduc. »

Même chose pour tous ceux nés avant 1970-1980, je suppose.
Jusqu'à cette guerre des Balkans, au début des années 90, « à seulement deux heures d'avion de Paris », comme on disait alors.
Au coeur du conflit : Sarajevo à feu et à sang. 
Il nous semblait inconcevable, à travers nos écrans TV ou 'le poids des mots, le choc des photos' de la presse, que les Casques bleus (ONU) ne puissent rien faire pour arrêter ça.
Cette guerre a duré quatre ans.
Bilan humain : « Onze mille cinq cent quarante et un morts, enterrés si l'on a pu, comme on a pu, quand on a pu, à l'aube ou au crépuscule, rarement dans un cimetière, dans les bas-côtés, devant les entrées d'immeubles, sous les balançoires des jardins publics. »
La population a résisté. Certaines personnes activement, en prenant les armes. D'autres 'passivement', en continuant à vivre dans cette ville, sous les bombes, sous les tirs. Des 'gestes minuscules' comme dit la 4e de couv, mais essentiels ; ceux du quotidien, et parfois même un peu plus, du luxe troqué contre les produits de première nécessité.


sarajIngrid Thobois nous raconte tout cela, et beaucoup d'autres choses, à travers le regard de Joaquim, jeune photographe français de 20 ans perturbé par un drame familial et en froid avec ses parents.

J'ai lu ce texte doucement, soigneusement, relevant de nombreux passages, séduite par cette plume précise, riche en images et symboles.

L'auteur décrit parfaitement le figé (photo) aussi bien que le mouvement (train) ; la photo qui montre l'horreur ou qui leurre sur un bonheur feint ; les souvenirs d'un quadragénaire et la fuite de la mémoire d'une vieille femme brisée ; la création artistique et l'auto-destruction ; les apparences et les sentiments ; la cellule familiale qui protège et détruit ; les drames familiaux et les conflits à l'échelle d'un pays ; les brouilles individuelles figées par orgueil et l'inertie de la communauté internationale face à une guerre pourtant très médiatisée...

Autant de sujets qui me captivent, a fortiori lorsqu'ils sont traités avec une telle sensibilité.
Je vais bien sûr continuer à découvrir cette auteur brillante.

____


agenda224 > 28 septembre - merci Sandrine pour cette LC - et merci à Rakuten !

#misssarajevo #ingridthobois #MRL18 #Rakuten

mrl2018

 

Is there a time for keeping your distance
A time to turn your eyes away
Is there a time for keeping your head down
For getting on with your day
Is there a time for kohl and lipstick
A time for curling hair
Is there a time for high street shopping
To find the right dress to wear
Here she comes, oh oh
Heads turn around
Here she comes
To take her crown
Is there a time to run for cover
A time for kiss and tell
Is there a time for different colors
Different names you find it hard to spell
Is there a time for first communion
A time for East Seventeen
Is there a time to turn to Mecca
Is there time to be a beauty queen
Here she come, oh oh
Beauty plays the clown
Here she comes
Surreal in her crown
Dici che il fiume
Trova la via al mare
E come il fiume
Giungerai a me
Oltre i confini
E le terre assetate
Dici che come fiume
Come fiume
L'amore giungerà
L'amore
E non so più pregare
E nell'amore non so più sperare
E quell'amore non so più aspettare
Is there a time for tying ribbons
A time for Christmas trees
Is there a time for laying tables
And the night is set to freeze
-