tenirGallimard, 16 août 2018, 192 p.
cf

coeur

 

 

 


Elle élève seule son petit garçon de deux ans, à Lyon.

Financièrement, c'est difficile.
Moralement aussi. Un enfant de cet âge (et même au-delà), 24h/24, aussi mignon soit-il, ça demande une énergie folle.
Elle aimerait pouvoir souffler un peu. Elle se l'autorise d'ailleurs, parfois, en douce, quelques heures, la nuit, pendant que l'enfant dort. Elle sait qu'elle joue avec le feu.

Pour trouver des solutions, elle se connecte sur des forums de mères en détresse. Elle pourrait y trouver des idées, un soutien, déculpabiliser un peu de son ras-le-bol. Las, les réponses aux mains tendues l'accablent davantage : « Il faut se ressaisir, voyons, un enfant c'est merveilleux, patati, patata... »
Pas question de quitter cette grande ville pour trouver un logement moins coûteux, elle espère encore que 'l'homme' reviendra ; son fils en a besoin, elle en est convaincue. Mais visiblement, seuls l'enfant et elle le voient encore comme un père, celui-là.

Je pensais ne jamais lire cette auteur. Un malentendu, du délit de sale titre : 'Que nos vies aient l'air d'un film parfait', un des précédents romans de Carole Fives, me paraissait tellement convenu et aguicheur. 
C'est l'enthousiasme de Juin sur 'Tenir jusqu'à l'aube' qui m'a convaincue.

Cette histoire à la fois simple et intense m'a bouleversée. Tout y sonne tellement juste : les situations, les dialogues, les sentiments (solitude, accablement, culpabilité)...
La gorge nouée, j'ai suivi les hauts et les bas de cette mère 'solo', craignant le pire puisqu'apparaît en leitmotiv le conte de Daudet 'La Chèvre de M. Seguin' (on a connu des fins plus heureuses), et que l'ambiance et l'écriture m'ont rappelé l'excellent et douloureux ** trou de mémoire - un roman avec mer/mère dans le titre 😉 **.

Sublime et poignant.
Je conseille à toutes celles qui, un jour ou souvent, ont culpabilisé d'être 'une mauvaise mère'.
A leurs enfants qui, un jour ou souvent, leur en ont fait baver.
A tous les hommes, aussi (les pères, les chefs impitoyables...).

   -- accessible dès 13-14 ans --

____

agenda218 > 20 oct. - emprunt mdtk