flash

Le Livre de Poche, 8 janvier 1974, 700 p.

  lu par Mr

Le 'Flash', c'est le mot trouvé par l'auteur pour décrire la brève mais intense sensation procurée par l'héroïne lorsqu'elle atteint les centres nerveux immédiatement après l'injection.
Il décrit ce 'Flash' comme une sorte d'orgasme titanesque. Et le voyage ne s'arrête pas là, puisque la drogue distille ensuite ses effets pendant plusieurs heures. Le 'Flash' serait d'ailleurs un moment tellement jouissif que l'auteur en est devenu dépendant dès sa première prise.
Charles Duchaussois s'étonne d'être resté en vie et de pouvoir faire part de son témoignage. Il y décrit les deux faces de la médaille : d'un côté les sensations extrêmes procurées par l'héroïne, de l'autre la déchéance absolue à laquelle elle amène souvent.
Cet aspect-là de son livre évoque un autre récit célèbre sur le sujet : Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, qui fut adapté au cinéma (BOF de David Bowie).

L'ambiance du début des années 1970 et l'extraordinaire liberté que des jeunes ont su conquérir à l'époque sont très bien restituées, ce qui contribue beaucoup à la crédibilité et à la puissance de ce témoignage.
J'ai retenu qu'à la différence de beaucoup de drogues (y compris de certaines autres drogues dures), l'héroïne peut installer une forte dépendance dès la première prise.

Certains pourraient voir dans le livre de Duchaussois un plaidoyer pour cette drogue, tant il y exprime bien l'attraction qu'elle a exercée sur lui. D'autres y trouveront au contraire une sérieuse mise en garde.
J'avais une vingtaine d'années quand je l'ai lu (il y a donc bien longtemps), il m'a à la fois fasciné et effrayé. Et durablement marqué.