on n'efface

Albin Michel, 27 mars 2019, 270 p.

♥♥♠♠

En ce dimanche de septembre, Annabelle, son mari et leurs proches célèbrent le baptême de la dernière-née de la famille. La réception, organisée dans les moindres détails, s'avère parfaitement réussie - Annabelle est une superwoman.
Le bébé de six semaines est adorable, sa grande soeur de quatre ans aussi, le père, n'en parlons pas - beau, riche, intelligent, promis à un brillant avenir, etc.
Mais on sent que ça va mal tourner parce qu'ils sont quelques uns, au milieu de cette fête aseptisée, à avoir un sixième sens, et à se dire qu'Annabelle ne devrait pas prendre la route le soir, seule avec ses deux filles.

La 'marraine de bandeau' de cet ouvrage est Tatiana de Rosnay.
C'est aussi une amie de l'auteur, elle ne pouvait donc qu'être gentille.
Avec ces références, j'aurais dû me douter que ce thriller BCBG et trop lisse n'allait pas m'emballer.
Je l'ai lu mollement, sans passion, guère inquiète pour ce couple friqué, amoureux, jeune & joli.
Heureusement qu'on s'émoustille un peu avec… ** un semblant d'adultère qui nous laisse espérer autre chose qu'un happy-end rose bonbon... **
J'ai quand même aimé Emile, ses réflexions sur la guerre et le communisme.

Globalement, après la lecture de Dans son silence (Alex Michaelides), j'ai eu l'impression de passer d'un puzzle de 2 000 pièces à un 50 pièces.

___

agenda2

 31 mars > 2 avril - merci à Babelio et à Albin Michel.