la femme

The Woman in the Window, 2018
finntraduit de l'annglais (US) par Isabelle Maillet
Presses de la Cité, 2018
Pocket, 14 février 2019, 600 p.

♥♥♥

Voilà presque un an qu'Anna vit seule avec son chat, recluse chez elle. Suite à un traumatisme, elle traîne son agoraphobie en peignoir et jogging entre les murs de sa grande maison de Harlem. Elle ne se lave guère, et n'ouvre jamais ses fenêtres.
Pour se sentir moins mal, elle ingurgite des psychotropes, un peu n'importe comment, et boit du merlot à gogo. De quoi rouler sous la table à chaque page.
Anna fait plein d'autres trucs : sur Internet, elle joue aux échecs, et en tant qu'ancienne psy, elle donne des conseils à d'autres agoraphobes. Elle a aussi ses petits rendez-vous vespéraux avec des proches, et elle reçoit une fois par semaine la visite d'une kiné et d'un psy.
Anna 'sort' de chez elle par deux moyens : en espionnant les voisins avec son Nikon, et en regardant des vieux films en noir et blanc dont elle connaît chaque réplique par coeur.
Tout cela se brouille un peu dans son esprit, évidemment.


Difficile de ne pas penser à Hitchcock à la lecture, tant l'auteur y fait référence.
L'intrigue est parsemée de dialogues des films que (re)voit Anna, l'éclairant dans ses recherches lorsque la réalité lui échappe, et donnant du même coup des indices au lecteur.
Le livre est habile et possède le même charme qu'un vieux film (Hitchcock, Clouzot) ou un vieux polar (Boileau-Narcejac, Irish) : agréable à suivre, parfois lent mais pas ennuyeux, pas vraiment crédible, plein de surprises - en partie devinées, mais qu'importe...

___

agenda2

22 > 25 avril