village global

Steinkis, 17 avril 2019, 144 p.

vg♥♥

Quand on leur annonce que quelques demandeurs d'asile vont être accueillis dans leur commune, les habitants de Mazé (Maine-et-Loire) s'agitent.
Certains sont prêts à en découdre et s'amusent à coller des affiches à la nuit tombée, vite recouvertes par celles du camp adverse. D'autres discutent, écoutent ceux qui participent à l'accueil de ces 'nouveaux' étrangers. Oui, 'nouveaux', parce qu'il s'avère que Mazé compte déjà au moins un Polonais 9 mois sur 12, un demi-Espagnol, des Roms, une Anglaise - plus ou moins bien intégrés dans le paysage socio-économique local…

L'album peut sembler consensuel, caricatural et trop simple si on se tient déjà informé des phénomènes migratoires présents et passés.
En réalité, le scénariste David Lessault (géographe spécialisé dans les migrations internationales et l'accueil des étrangers en milieu rural) a réussi un excellent outil pédagogique. A travers les histoires de Gégé, Olek, Boy Dakar, Mrs Smith et quelques autres, il rappelle la douleur de certains exils, et comment la France s'est peuplée et enrichie économiquement et culturellement, grâce à des vagues migratoires - en particulier depuis le début du XXe siècle.
Le talent de l'illustrateur contribue à rendre la lecture très agréable. La façon dont les cartes sont positionnées est intéressante - la France n'est pas le centre du monde !


J'ai particulièrement apprécié les rappels en chiffres, qui relativisent les discours alarmistes et populistes médiatiques et politiques, avec le fameux 'On ne peut pas accueillir toute la misère du monde', a fortiori si elle s'accompagne de 'bruit & d'odeur' (sic) :
« L'idée répandue d'une immigration massive suscite beaucoup de crainte aujourd'hui. Pourtant, on constate dans les faits que la part des immigrés dans la population reste très stable dans l'histoire, autour de 8 %. [...] Ce que l'on dit moins, ou pas du tout, c'est que le nombre d'immigrés varie en fonction des décès mais aussi des sorties du territoire ! L'Insee estime que 332 000 personnes arriveraient en France chaque année mais dans le même temps, 95 000 immigrés d'origine étrangère retournent dans leur pays ou migrent vers un autre pays et 97 000 de ces entrées en France sont le fait de Français de retour de l'étranger. [...] Nous avons été surpris d'apprendre, par voie de presse, la réaction des [habitants]quand on réfléchit à ce que représentent 4 migrants pour 5 000 Mazéïais, pris en charge par l'Etat et encadrés par des associations de bénévoles ! »

Facile à lire, instructif et émouvant, accessible dès le collège.

A compléter avec Eux c'est nous (collectif), le documentaire de France 2 Histoires d'une nation, Entre deux mondes (Olivier Norek), etc.

___

agenda2

3 avril - merci à Babelio et aux éditions Steinkis !