les chiens

Calmann-Lévy, 2017
Le Livre de Poche, 26 septembre 2018, 312 p.

♥♥

« Pelouses en friche, peintures écaillées et balançoires rouillées. »
En 1950, Détroit était l'une des villes les plus riches des Etats-Unis.
En 1998 : « La moitié de la population enfuie en cinquante ans. Des entreprises jadis florissantes qui mettent la clef sous la porte, le taux d'homicide le plus élevé du pays. le contre-exemple incarné du rêve américain. »

détroitCe roman noir est peuplé de fantômes : Détroit agonise, des enfants ont été assassinés en 1999, une nouvelle vague de disparitions menace la ville en 2013, Stan (le flic chargé des enquêtes) n'est plus que l'ombre de lui-même depuis une bavure & son divorce, et Sarah, son associée, entend des voix.

Ambiance oppressante dans un décor de désolation, menace du Géant de brume qui enlève des enfants, course contre la montre, vieux démons, suspense.
On s'y perd un peu parfois. D'ailleurs, alors que je boulotte toujours voracement les fins de polars, j'ai dû ralentir le rythme cette fois pour réussir à relier les différents éléments.

Habile et dérangeant.

___

agenda2

4  >  8 juin