la mise à nu

BuchetChastel, 2018
Folio, 15 août 2019, 200 p.

♥♥♠♠

Louis Claret, prof d'anglais dans un lycée de Troyes, approche de la soixantaine. Ses deux filles adultes sont installées à l'étranger, il est divorcé, vit seul, attend la retraite sans passion - ni pour son boulot d'enseignant, ni pour ses années d'oisiveté à venir.
En l'invitant au vernissage de son expo, le célèbre peintre Alexandre Laudin secoue le cocotier. Ils ont fait un bout de chemin ensemble, vingt ans plus tôt, puisque 'Monsieur Claret' était le prof d'Alexandre.

Quand je lis un roman de JP Blondel, je passe généralement par trois phases : confort/plaisir, agacement, ennui.
J'aime la simplicité de ses histoires, les échos que j'y trouve - je suis de la même génération que l'auteur.
Mais après une dizaine de romans, et même bien avant, on a le sentiment qu'il tourne en rond, qu'il ne peut s'empêcher de ressasser certains éléments de son histoire personnelle (ville de province et parents étriqués, rêves de vie parisienne, expériences homo-sensuelles, métier de prof, déconvenues et regrets d'homme mûr).

Je me plains, mais cela ne m'empêche pas d'y revenir presque à chaque parution. Si je croise La grande escapade à la médiathèque, je l'emprunterai certainement.

En attendant, je vais me rouler dans la fange en lisant La terre des morts de JC Grangé... 😋😜 

___

agenda27 sept.