nos vies

Rageot, 9 janvier 2019, 192 p.

man

♥♥♥♠♠

Should I stay or should I go ?
Je continue à vivre tant bien que mal, les semelles plombées ? Ou je me jette du haut d'un immeuble pour en finir ?

La question semblait tranchée pour Mina et Océan. Sauf qu'ils ont choisi le même soir et le même toit pour le grand saut ! Quelques échanges polis (ou pas) s'imposent.
Ils ne se connaissaient pas et tout les sépare, a priori, hormis la souffrance.
Elle, moquée de tous, subit le harcèlement au lycée.
Lui, "coupable" de la dépression maternelle, s'automutile.
A défaut de retrouver l'envie de vivre en discutant ensemble, ils se décident mutuellement à 'tenir jusqu'à l'aube', ensemble. Après, on verra. Demain est un autre jour, etc.

S'ensuit une longue nuit, avec Mina et Océan dans le rôle de la chèvre de monsieur Seguin, et la mort dans le rôle du loup. Avec pour décor Paris by Night, et comme luttes des défis à la con, dangereux.

Je n'ai pas été passionnée par cette intrigue road-trip.
La façon dont l'auteur présente le suicide rappelle Treize raisons (Jay Asher), mettant aussi mal à l'aise, mais heureusement la discussion entre les deux adolescents nourrit le débat et fait évoluer la question (se tuer pour se délivrer ou pour punir les autres ?).

Même si les déambulations parisiennes de Mina et Océan m'ont souvent ennuyée, j'ai apprécié quelques phrases, idées, de loin en loin. Mais pas au point d'avoir envie de conseiller ce roman à des adolescents en difficulté.

« (…) Je vais rentrer et... appeler ma mère, j'imagine.
- Vous êtes proches ?
- Non. Mais, c'est ma mère. C'est la seule personne au monde à qui je peux avouer la merde totale qu'est ma vie, qui me jugera, comme d'hab, et qui continuera de m'aimer malgré tout en m'aidant du mieux qu'elle peut. »  

___

agenda2

15 > 17 oct. - emprunt mdtk