pontiPonti, 2018
shatraduit de l'anglais (Singapour) par Mathilde Bach
Buchet • Chastel, 18 avril 2019, 309 p.

Trois femmes à Singapour, entre 1975 et 2020.
Amisa, vedette éphémère de trois films d'horreurs à la fin des 70's.
Sa fille Szu en 2003, adolescente de seize ans mal dans sa peau.
Circé, l'unique amie de Szu.

Les voix et époques alternent d'un chapitre à l'autre.
Ça commence bien, on s'attend à être dépaysé au coeur de cette île.
Mais Singapour ne fait pas rêver : ultra-urbanisée, surpeuplée, étouffante avec son climat équatorial et sa pollution.
Et l'exotisme s'efface, on se retrouve à tourner en rond autour de sujets familiers, cent fois lus, et traités ici sans originalité : relations intergénérationnelles conflictuelles (ah, une mère et sa fille, et vice-versa), problèmes de l'adolescence et mesquineries hormonales entre filles, ambitions déçues de femmes adultes...

J'ignore pourquoi j'avais retenu que ce livre avait suscité l'enthousiasme d'une majorité de lecteurs.
Les avis à 3 étoiles ou moins lus sur Babelio me montrent que ce n'est pas après la page 190 que l'intrigue va se (et me) réveiller, ni mon empathie pour au moins l'un des personnages. J'abandonne donc 110 pages avant la fin, gagnant ainsi 2h d'agacement croissant, à transformer en temps de sommeil, lecture, glandouille...

___

agenda2

22 > 27 février