la clotureSix pieds sous terre, Monotrème, 7 juin 2018, 46 p.

« Mais comment veux-tu scénariser quand tu as la clôture de Pompon à réparer ? »

J'explique.
L'avantage du télétravail quand on est fonctionnaire et qu'on travaille dans une 'ruche' (collègues sympas, mais qui ont l'énergie bruyante) : le caaaalme chez soi pour bien se concentrer, un jour par semaine (maximum autorisé pour l'instant).
L'inconvénient de bosser à la maison quand on est auteur : le bordel familial ambiant et toutes les tâches du quotidien à accomplir, surtout quand on a de jeunes enfants.
Fabcaro, en l'occurrence, ne peut pas à la fois 'scénariser' et :
• remplir les papiers administratifs du foyer
• faire les courses
• aller chercher les filles à l'école
• finir les 'putains de dalles'
• réparer la clôture de l'âne.
C'est manifestement trop pour un seul homme.

On sent bien que le gars n'est pas bricoleur : il pourrait trouver l'inspiration en s'occupant les mains. Mais ça doit être cette corvée-là (la clôture à réparer) qui le bloque dans son processus de création. C'est le caillou dans la godasse, le truc qu'on remet toujours à plus tard et qui agace.

Résultat : sa BD en cours est totalement bordélique, les rôles et répliques des personnages se mélangent, un banquier porte des oreilles de lapin, et une mamie a un fer à repasser sur la tête (débranché, c'est mieux pour se déplacer). Et hormis la clôture, invitée aussi dans cette histoire avec mise en abyme, il n'y a pas de fil conducteur.
En même temps, comme dirait l'autre, l'incohérence, ça va plutôt bien à Fabcaro.

Initialement paru en 2009, cet album est réédité, comme la plupart (voire tous ?) les vieux titres de l'auteur, passés inaperçus avant. Avant quoi ? le succès phénoménal de 'Zaï zaï zaï zaï'.
Si j'avais abordé l'oeuvre de Fabcaro avec cette 'Clôture', je ne serais sans doute pas allée bien loin. Là, j'ai aimé retrouver la déconne absurde et les coups de griffe amusants (sur la politique, les médias...) parce que je suis initiée. Mais sinon, je me serais vite ennuyée dans cette histoire qui tourne en rond.

___

agenda2

4 mars - emprunt mdtk

 

La playlist est sympathique, nous ramenant dans nos 80's, et HFT nous change de la 'variété' chère à Fabcaro dont se moquent gentiment ses copains auteurs.


 

 version top must avec Lucas, le fiston Thiéfaine ♥ le petit brun à droite qui ressemble à son papa ♥ punchy mais fatigué car c'est la chanson de rappel