t'es pas ma mèreActes Sud, 2001
octobre 2002, 85 p.

pru

« Je n'ai jamais parlé de toi à personne. J'évitais d'en parler à moi-même. Et me voici en train d'apprivoiser mon silence caché. »

Vingt ans après avoir accouché sous X, Anne écrit à Stéphanie, "sa" fille qu'elle n'a jamais revue, dont elle n'avait pas de nouvelles.
Des réponses viendront, tardivement, et le dialogue va se (re)nouer entre ces femmes d'une même famille (adoptive et biologique), avec des mots, enfin, pour dissiper doucement les maux, les malentendus.

Il me semble que ce roman épistolaire va droit au coeur des femmes - mères et/ou filles.
Sobre, sensible, doux et violent, il nous parle de maternité, d'adoption, d'abandon, de racines, des difficultés de l'adolescence (de part et d'autre) quand il faut rompre un cordon trop serré ou trop élastique...

La forme épistolaire et la brièveté du texte (80 pages) conviennent parfaitement à une panne de lecture passagère.
J'ai savouré...


Sur le sujet : La vie parfaite (Silvia Avallone), La fille secrète (Shilpi Somaya Gowda), Les petites filles (Julie Ewa), et d'autres dont les titres m'échappent.

___

agenda2

8 avril