ceciRageot Editeur, 4 mars 2020, 160 p.

Ouvrage collectif, issu d'un partenariat entre le magazine Causette et les éditions Rageot.

Quelques mots sur Causette : « Sa devise est 'plus féminine du cerveau que du capiton'. Sa ligne éditoriale privilégie l'enquête journalistique, le reportage, le portrait et l'interview aux classiques du genre, avec humour et sur un ton décalé. Selon 'The Times', qui en fait un 'symbole de la renaissance féministe française', 'Causette transgresse toutes les règles de la presse féminine française'. le magazine compte parmi ses sources d'inspiration la revue XXI. Il se revendique féministe sans vouloir s'enfermer dans une image stéréotypée du terme. »
(extrait de l'article de Wikipédia, que je vous engage à lire en entier, en vérifiant les infos, comme d'hab !)

Huit textes, autant d'auteurs (de sexe F à l'état civil).

Quelques conseils à l'usage des jeunes filles (et de leurs proches) pour apprendre qu'il faut a-ssu-mer, faire fi des diktats.

Donc madame (des féministes ont banni l'usage du 'mademoiselle') vous pouvez :
- avoir une tête et un corps moches et poilus, des seins dissymétriques, des cheveux trop raides ou trop bouclés/crêpus, un teint trop blême ou trop foncé, une vulve naturellement orangée ou rosée ou violacée...
- ne pas porter de soutif (suffit de dire qu'on milite pour le 'no bra' !)
- être née dans un corps de garçon ; on peut changer cela et devenir la femme que l'on se sent être
Et on vous encourage à vous documenter pour bien connaître votre intimité, l'explorer, en nommer les différentes parties,
etc. NON, CE N'EST PAS SALE (cf. Doc & Difool, et surtout les parodies de De Caunes).

Plein de bonnes intentions, cet ouvrage peut décevoir quand on s'attend à des propos plus adultes (façon Virginie Despentes ou Amandine Dhée).
Trop politiquement correct (ah, l'écriture inclusive !) et avec le ton 'adulte bonne copine', dont je ne suis pas fan.
Mais certainement rassurant pour bon nombre de jeunes.

L'occasion quand même, pour la quinqua que je suis, de mesurer le chemin parcouru depuis la 'Femme des années 80' de Sardou, ou celle soi-disant 'libérée' de Cookie Dingler. Mais la route est encore longue, et des retours en arrière sont possibles, restons vigilants !

___

agenda2

24 & 25 juin