de soleilCalmann Levy Noir, 2 septembre 2020, 395 p.

jelo

Du soleil, oui, mais pas dirladada ♪♫. Il ne fait pas rêver, celui-là : chaleur, moiteur, poussière, misère.
Du sang, aussi. Vengeance, rituel vaudou ? Quoi qu'il en soit, les victimes sont salement mutilées.

L'histoire se passe en Haïti, entre les années 1980 et le tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a tué des milliers d'enfants.
Le fil rouge : des enfants, justement - enfants des rues, d'orphelinats...
Ceci sur fond de trafics divers, de violence et de régime corrompu, avec la dynastie Duvalier, sa milice, ses sbires (les tontons macoutes).

haitiAvec des croyances/superstitions vaudoues. Encore plus effrayantes que des fantômes et esprits malins, car "manipulée[s] par le pouvoir, depuis le début (...). Pourquoi crois-tu que les gangs la respectent, [cette religion], que les politiciens l'adoptent en clamant leur conversion devant le peuple ? le vaudou n'a jamais rien libéré, il a enfermé les esprits... Même les esclaves, avant de libérer l'île, y étaient asservis. (...) le vaudou ne connaît qu'un maître, c'est la folie des hommes."

Roman 'atmosphérique', comme le dit la 4e de couverture (J. Toledano), envoûtant, captivant, effrayant, riche d'enseignements, qui donne envie d'en savoir plus sur l'Histoire et la culture haïtiennes.

J'ai reconnu le talent de l'auteur, qui sait réveiller nos peurs d'enfance, plus ou moins enfouies, intimes ou universelles - empruntées au folklore traditionnel (on pense ici au conte de Hansel & Gretel, et les maisons 'gingerbread' haïtiennes renforcent ce malaise diffus, entre façade & réalité intérieure, entre confort trompeur et terreur).

Mon préféré de l'auteur à ce jour.

___

agenda2

 28 oct. > 3 nov. - merci à Babelio, merci aux éditions Calmann Levy !

 

-  maison haïtiennes gingerbread  -

ggbh