povSyros Jeunesse, 23 août 2018, 235 p.

♥♥♥♥♥

La génération de mes parents a connu le cinéma érotique avec le film 'Emmanuelle' (1974).
Quelques années plus tard, la chaîne Canal+ et les magnétoscopes (avec les cassettes VHS) ont fait entrer la pornographie dans les foyers. On monte d'un cran, ça n'a rien à voir : le porno d'alors est fait par des hommes, pour des hommes. Il paraît qu'il existe désormais des pornos plus 'féminins' (plus doux ?), je n'ai pas testé.

Dans les années 1980-1990, si vos parents n'en consommaient pas (ou s'ils en regardaient mais rangeaient bien leurs affaires), si vous n'aviez pas de grand frère, le spectacle cru du X vous était épargné jusqu'à l'âge (pré)adulte. Mais votre premier visionnage n'était pas forcément consenti, et les attentes de celui qui vous présentait le film pouvaient être à 1000 lieues des vôtres, pauvre naïve !

Aujourd'hui, avec Internet, ces images s'imposent aux enfants, beaucoup trop tôt, que l'option 'contrôle parental' soit activée ou non - merci les copains !
Et comme l'enfant est conscient du tabou, il se garde d'en parler aux adultes de son entourage, ce qui peut occasionner des dégâts si sa consommation devient incontrôlable. Je ne parle même pas des effets sur une petite/jeune fille qui se demande comment elle réussira à faire 'tous ces trucs' un jour ; je reste dans la perspective masculine, plutôt agréable, si j'ai bien compris.

C'est le sujet de ce roman pour adolescents, à travers l'exemple de Lucas, accro au porno depuis l'âge de 14 ans. L'auteur montre la nocivité de la pornographie consommée trop jeune et à haute dose : addiction, perte du sommeil, déphasage scolaire, et conséquences sur la sexualité future, car la vie sexuelle amoureuse n'a pas grand chose à voir avec ces films (images de la femme soumise, ultra-souple, ouverte & 'accueillante', et du mâle à grande/grosse qu*** qui rentre partout, dominant, dominateur, prédateur...). Patrick Bard évoque également les coulisses de la production de ces films, rompant avec l'image médiatique trompeuse donnée par quelques stars, apparemment mignonnes, épanouies, fraîches, saines, et heureuses de leur job de 'hardeuse'.

D'autres addictions sont évoquées dans ce roman (jeux en ligne, alcool), via quelques jeunes gens marginalisés par leurs pratiques, devenus incapables de vivre en société, et parfois suicidaires.
Tout n'est pas noir, il y a heureusement des moyens de sortir de ces graves crises de l'adolescence, une des premières étapes étant de réapprendre la 'vraie vie', de renouer le contact avec des gens de son âge, par exemple...

Lecture indispensable pour les adolescents et les adultes qui en côtoient.

   • « Un enfant a en moyenne 11 ans lorsqu'il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne », révèle une enquête conduite par l'association Ennocence.

___

agenda2

9 & 10 déc.