familleMARAbulles, 19 janvier 2011, 95 p.

♥♥♥♥

En 2018, en France (hors Mayotte), sur 100 enfants mineurs :
• 68 vivent dans une famille 'traditionnelle', avec leurs 2 parents au domicile + leurs frères et soeurs s'ils en ont
• 21 enfants vivent dans une famille monoparentale, et résident donc avec 1 seul de leurs parents, qui ne vit pas en couple, le plus souvent leur mère (18 enfants)
• 11 enfants vivent dans une famille recomposée, dans laquelle, par définition, au moins 1 enfant n'est pas issu du couple
  -> parmi eux, 7 sont nés d'une union antérieure : ils vivent avec 1 parent, 1 beau-parent + éventuellement des demi-frères ou demi-soeurs
  -> les 4 autres sont des enfants du couple : ils vivent avec leurs 2 parents + des demi-frères ou demi-soeurs.
(source : Insee)

insee
- zoomable -

Je ne trouve pas de statistiques sur l'évolution, depuis les cinq dernières décennies, du taux de rupture des couples ayant des enfants.
Dans la variété française, sont apparus dans les 70's : la mère célib' avec 'Le téléphone pleure' de Claude François ; les séparations plus ou moins douces de parents avec 'Les divorcés' de Michel Delpech, 'Voici les clés' de Gérard Lenorman, 'Mon fils ma bataille' de Balavoine. Au cinéma : le terrible 'Kramer contre Kramer'. Dans la pub (j'avais oublié, c'est cette BD qui me le rappelle) : Nescafé, en rupture avec la famille Ricoré (qui était peut-être recomposée, au fait ? on ne voyait pas ça comme ça, mais qui sait)...

L'auteur Jacques Braunstein nous livre ici son expérience de recomposition familiale. Divorcé et père d'un petit garçon, il raconte : séparation conjugale, réaction du fils, moments en duo papa-fiston, installation avec un duo mère-fille, jalousie de l'enfant, alternance pour la garde, (dés)accords entre les ex- pour les fêtes et les vacances, déménagements multiples, etc.

Cet album est génial ! Il allie subtilement un texte (Jacques Braunstein) à des planches de BD aux dessins fin et doux (Domitille Collardey) .
Le petit Basile blondinet est particulièrement réussi dans ces deux registres, aussi vrai que nature (il me rappelle un autre petit garçon, devenu grand) ! ♥
Beaucoup d'auto-critique et de doutes sincères, sans fausse modestie, et d'auto-dérision dans ce témoignage charmant, drôle, pertinent, honnête, vivant, très juste.


Pour finir, cette phrase sage d'une vieille dame jadis abandonnée par son mari, voyant des voisins déménager :
« Vous les jeunes, vous êtes bien optimistes... de croire que ça se passera mieux avec quelqu'un d'autre... »

___

agenda2

8 & 9 janv.

fam
-  source : BoDoï  -