contre nature

cathSeuil, octobre 2020, 267 p.
-

 

L'histoire commune de trois co-détenues : Pascale, Leïla, Vanessa.
Et les histoires distinctes, mais pas si différentes, du ventre de chacune :
« Ventre inutile. Ventre saccagé. Ventre surpeuplé. »

C'est par eux qu'elles sont arrivées entre ces murs, indirectement.
Des hommes, victimes eux aussi d'une sorte de fatalité, mal élevés, poussés de travers, ont été les déclencheurs de leurs actes violents ou irresponsables.
La justice a condamné ces femmes, elles purgent une peine, alors qu'on leur accorderait volontiers l'impunité.

De sa plume à la fois percutante et sensible, Cathy Galliègue dévoile doucement leurs vies, le milieu social de chacune, les familles (aimantes, mais...), les coups du sort, l'emprise subie par un prédateur plus ou moins innocent, la soumission, l'auto-punition, la révolte, les sentiments ambivalents...
Et la résilience possible via les livres, la lecture, l'écriture.
Car ce roman a un 'ventre' vivant, aussi, un ventre accueillant, cette fois, une matrice qui donne la possibilité de renaître - des 'tiroirs' plein de livres, dont un qui sert de révélateur à plus d'une détenue (mais chut, surprise, je vous laisse découvrir le titre)...

♥ Intense. A lire ! ♥

Quatre autres ouvrages de cette auteur sont parus. Je suis impatiente de les découvrir, notamment
La nuit je mens.

___

agenda2

25-27 janv.