et ceteraFirst, 17 septembre 2020, 145 p.

♥♥♥♥♥

Et cetera, et cetera.
Mais zéro tracas pour comprendre.
Et zéro blabla de remplissage.
Un tour très complet, en revanche, des origines et de l'évolution de la langue française, fortement liées, forcément, à l'Histoire du pays (commerciale, économique, sociale, artistique, culturelle...).

Diplômés de lettres classiques, les deux auteurs nous font partager leur érudition sans douleur.
L'ouvrage est construit de manière logique, chronologique - et ludique, grâce à des anecdotes et des illustrations qui allègent le propos et facilitent la compréhension avec humour, à grand renfort de clins d'oeil à notre culture populaire.

« Pour les êtres humains, il est assez excitant de dresser l'arbre généalogique de leurs racines. Pour les mots, c'est pareil ! Arbre, racines : oui, les mots sont pleins de sève, ils naissent, croissent et meurent... en apportant un oxygène lexical indispensable à la vie de notre cerveau ! »  (p. 59)

Tout à fait : so exciting ! D'ailleurs je me régale à grimper aux arbres généalos depuis quelques jours, au point d'avoir mis de côté temporairement l'excellent 'La septième fonction du langage' de Laurent Binet, qui nous parle de Roland Barthes, de linguistique, de joutes verbales... et que je vais reprendre.
Oui, une langue est comparable à une famille : des ancêtres d'horizons variés (ça enrichit, n'en déplaise à Z comme... Zemm' pas les z'étrangers), des mariages, des cousins, un peu de 'consanguinité' quand un terme réapparaît, transformé...

A l'issue de cette lecture réjouissante, vous en saurez long sur :
- les emprunts au grec, au latin, à l'arabe, à l'italien, et à tant d'autres langues
- le verlan, les anglicismes
- les fantaisies qui ont engendré tant de pièges dans l'orthographe et la grammaire...
J'en passe, je ne voudrais pas spoiler.

Génialissime !

   (-issime : suffixe marquant la valeur superlative, la qualité extrême)

___

agenda2

7 > 9 février