bande de poètesCasterman, 3 mars 2021, 210 p.

♥♥♥♥

Alexandrins, alexandrins... ♪♫
Alexandrins, et l'amour chante dans la té-ci... ♪♫
Ah non, je me trompe d'hommage, c'est pas avec Cloclo qu'on nous saoule ces jours-ci. Je m'y perds dans tous ceux qui aim(ai)ent les très jeunes femmes/filles. Mais je suis hors sujet.

Pour m'aventurer entre les lignes de 'Bande de poètes', j'ai dû sortir de mes 'zones de confort' (BD, romans, polars... en prose), comme on dit dans le monde merveilleux de l'entreprise lorsqu'il s'agit de 'monter en compétence'.
Coût d'entrée assez élevé, comme lorsque j'ai relu récemment 'L'école des femmes' de Molière : s'habituer, prendre le rythme, compter en base 12, penser à Depardieu dans 'Cyrano' et aux règles de lecture en poésie (liaisons, 'e' muets ou non).
Le mieux, comme le conseille l'auteur en préambule, est de lire à haute voix :
« Car ce texte, lecteur, ne doit pas qu'être lu !
N'hésite pas, dis-le ! Il veut être entendu. »

L'histoire est simple : le maire a décidé que son fils fréquenterait le collège Ronsard, dans un quartier 'défavorisé' - question d'image à donner aux administrés sur la mixité sociale.
Le doux gamin n'est pas un rebelle, il se plie à la volonté paternelle, mais à contrecoeur : il perd tous ses copains, et il sait qu'en tant que 'petit bourge', il va se faire bouffer. Amir, notamment, semble bien décidé à se le payer, ce bouffon. Et la meute est prête à hurler avec le mâle alpha.

J'ai été surprise de me régaler à ce point ! L'intrigue est riche : il n'est pas seulement question de conflits, d'amitié, d'amour entre collégiens. Ce roman original fait également passer quelques messages intéressants sur les problèmes et rêves adolescents, sur la douceur et le pouvoir maternels, sur les rencontres culturelles au-delà des milieux d'origine.
Le texte en alexandrins est amusant, nourri d'images évocatrices. Et les répliques sont jubilatoires, comme dans un match d'impro au théâtre, une battle de slam, un clash de rap...

___-

agenda2

1 & 2 mars - merci à Babelio et Casterman !


•   à écouter jusqu'au bout   •