la chairclaire fHarper Collins Noir, 3 mars 2021, 368 p.

♥♥♥

Comme il est de mise dans les thrillers/romans noirs, on commence par un prologue qui laisse imaginer un triste sort pour 'lui'. Qui ? on ne sait pas, pas de prénom.

Changement de lieu : scène de violences conjugales. Ça finit mal.

Nouveau saut, dans le temps, huit ans plus tard.
Une jeune veuve, mère de trois enfants, dont le fardeau ne cesse de s'alourdir : problèmes financiers, fille atteinte d'une grave maladie. Heureusement, son fils aîné, ado de quatorze ans, l'aide beaucoup - trop ? les services sociaux sont alertés.
Nouveaux drames.
Et là, vers la page 60, je me dis : Stop ! Je ne vais pas supporter la surenchère de catastrophes, et la façon dont certains personnages évoluent subitement.
Je n'y crois pas.

Un psy débarque dans la deuxième partie, et mon intérêt s'éveille, j'arrête de bouder. J'adore les thérapies dans les romans. Parfait, je me régale, jusqu'à une nouvelle sortie de route, avec...

Cousu de fil blanc, invraisemblable et prévisible, ce thriller est néanmoins agréable à lire.
Et émouvant.
Enormes bisous, maman-câlins, et courage à tous les petits ... ** Nigel, victime d'un engrenage familial... mais son frère aîné l'est tout autant, même si lui, on n'a pas envie de lui trouver d'excuses. **

Inexorable, de cette auteur, m'a paru beaucoup plus subtil.
Maso, je viens d'acheter le dernier, paru en poche, Les Cicatrices.
PS : je viens de relire mon billet sur Serre-moi fort. Les ingrédients et ficelles étaient proches, et j'avais grosso-modo les mêmes griefs...

___-

agenda2

20 > 22 mars