le jeuneLes Livres du futur, 4 novembre 2021, 140 p.

♥♥♥

Riad Sattouf dessine depuis... toujours.
Ses premières planches BD sont publiées au début des années 2000.
Fan de ciné, il se lance en 2009 dans la réalisation avec le long métrage Les Beaux Gosses. Il choisit Vincent Lacoste, alors inconnu, pour incarner son anti-héros, Hervé, ado de quinze ans boutonneux, bêta & puceau - comme on l'était au même âge, pour la plupart.
Dans ce premier opus de Le jeune acteur, il raconte cette expérience de son point de vue et à travers le témoignage du jeune homme.

Cet album m'a intéressée et fait sourire, comme la plupart des autres de l'auteur. Tout s'est gâté lorsque j'ai regardé, un peu avant la fin de ma lecture, la bande-annonce du film. Elle promet un long métrage indigent... et relativement scabreux.
Lorsque Sattouf raconte l'adolescence dans ses BD (lose, drague, obsession pour le sexe...), il s'agit d'autofiction (L'Arabe du Futur) ou de témoignages (série Esther). Voir des ados se masturber dans un film, cela me gêne, en revanche. le support est trop réaliste, on entre dans l'intimité des jeunes gens.
Cela m'a brutalement interrogée sur les intentions de l'auteur (idem Bastien Vivès avec 'Une Soeur'). Je n'avais jamais envisagé les choses sous cet angle. A part ces doutes, je l'ai trouvé marrant, Sattouf, et sympa - le côté paternel ou grand frère attentionné pour que son 'poulain' ne prenne pas le melon, décroche Brevet & Bac et ne touche pas à la drogue.

Pas envie de poursuivre la série. J'ai également arrêté Esther, qui a perdu la spontanéité de l'enfance et la sincérité des débuts de l'aventure.

PS : après lecture des autres avis sur Babelio, je vois qu'il n'y a probablement pas lieu de s'inquiéter sur le fait de filmer des émois & actes intimes adolescents...

____

agenda2

19 déc.