malgré toutDargaud, 24 septembre 2020, 152 p.

♥♥

On s'est connu, on s'est reconnu ♪♫
On s'est perdu de vue, on s'est r'perdu d'vue
On s'est retrouvé, on s'est réchauffé
Puis on s'est séparé...
Chacun pour soi est reparti
Dans l'tourbillon de la vie... ♪♫

Le tourbillon d'Ana : un mari et une fille, et surtout la vie politique locale avec des mandats successifs de maire.
Celui de Zeno : des femmes, les sciences, l'exploration, la mer.

Apparemment, ils n'ont jamais cessé de s'aimer, en quarante ans, et comme le livre commence par la fin, on peut dire sans spoiler qu'ils ont décidé de vivre enfin leur histoire au grand jour. Sont-ils 'libres' ? On le découvre au fil des pages, en remontant le temps.

Je sature avec les BD de Zidrou - histoires convenues, bons sentiments, personnages caricaturaux (ici : le doux rêveur, la femme de caractère).
La couverture de cet album de Jordi Lafebre ne m'inspirait pas davantage.
Bingo : je me suis ennuyée, j'ai trouvé ça mièvre & sans surprises, j'ai eu de la peine pour Giuseppe parce que c'est à lui que je me suis identifiée. Et la construction à l'envers ? eh bien la plupart des polars que je lis commencent par la fin.
Eu égard à l'actualité locale, les nuits d'Ana à la mairie m'ont mise très mal à l'aise.

Je conseille +++ l'excellent billet de JamiK sur Babelio ! 😄

_____

agenda2

lu dans le cadre du Prix BD Cezam - 12 & 13 février