la rumeurThe Rumour, 2018
traduit de l'anglais par Clara Gourgon
Les Escales, 2020
10|18, 21 janvier 2021, 408 p.

♥♥♥

La fin justifie-t-elle les moyens ?

La question se pose à plusieurs égards, dans cette histoire.
Joanna veut que son petit garçon s'intègre à l'école, certes, mais son idée pour se faire bien voir des autres mères n'est pas des meilleures. C'est même carrément con, vu les réactions suscitées.
Michael espère écrire un livre et a une idée de scoop, mais lui aussi, il chausse les gros sabots. Hep, les journalistes qui travaillez sur des faits divers sordides, bonjour ! - même si je ne suis pas la dernière à les lire - mélange de fascination & répulsion, mea culpa, j'ai honte après, je culpabilise même avant, le temps que l'ordi mouline pour ouvrir le lien...

Ce thriller manque de subtilité : Joanna apparaît plutôt idiote et gaffeuse, mais ça existe dans la vraie vie, des gens que vous connaissez à peine et qui vous demandent pourquoi vous mentez, alors que ça ne les regarde pas (cf. webcam). L'auteur multiplie les pistes, au risque de nous perdre un peu parfois dans ses personnages. Et la fin-action/suspense est bien lourde, aussi.
Sujets appréciés : protection de témoins, identité, mensonges par omission ou révélations que l'on remet à plus tard pour protéger nos proches... et évidemment, comme l'indique le titre, ravages de la rumeur, proportionnels sans doute à la taille de la ville.

Si vous pensez que les enfants tueurs sont des monstres qui ne méritent pas d'être réinsérés et protégés, ne tapez ni 1 ni 2, ni sur eux, mais lisez ces ouvrages intelligents & poignants :
L'Affaire Jennifer Jones, de Anne Cassidy
Une si jolie petite fille, de Gitta Sereny.

___

agenda2

13 > 20 février