mercredi 19 septembre 2018

~ Shots, Guillaume Guéraud

Editions du Rouergue, La Brune, 6 avril 2016, 280 p. ♥♥♥♠♠ Shots, c'est :- un album photo sans photos, mais abondamment légendé- un carnet de voyage entre Marseille et Miami, avec les emplacements pour les clichés- et une intrigue, illustrée par ces photos absentes qu'on s'amuse à imaginer.Pourquoi ces vides ? On le saura à la fin, et les dernières pages constituent le point fort du roman*, même si je ne suis pas fan... des pirouettes fantastiques. Dans ce roman noir-action, Guillaume Guéraud exprime encore une fois sa... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 18 septembre 2018

La traversée des apparences...

On n'a jamais vu autant de passages piétons dans les dessins de presse ! Merci qui ?                            *   *   * Traverser la rue pour retrouver un emploi - Le Moment Meurice, France Inter, 'Par Jupiter', 17/09/2018 (...) Alors oui ! Faites gaffe à ça. Une fois que vous avez traversé la rue, ne revenez pas. Sinon ça sert à rien, ça annule l'emploi. Si ça se trouve, c'est ce qui... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
dimanche 16 septembre 2018

~ Café Budapest, Alfonso Zapico

Steinkis, 9 mars 2016, 164 p. ♥♥♥♥♥ 1947.Jeune violoniste juif, Yechezkel vit à Budapest avec sa mère Shprintza, rescapée d'Auschwitz. Son oncle installé à Jérusalem les invite à l'y rejoindre. Shprintza ne veut pas quitter la Hongrie pour retrouver ce frère avec qui elle a coupé les ponts.L'exil se fait néanmoins. A travers le regard de Yechezkel, nous découvrons la mise en place de l'Etat d'Israël, la dégradation du climat entre les différentes populations qui cohabitaient jusqu'alors paisiblement, et les débuts de la... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 14 septembre 2018

Migrants nantais

Depuis fin juin, des migrants à la rue dorment sous des tentes au square Daviais, dans l’hypercentre de Nantes. Les conditions d’hygiène sont déplorables et ils ont le moral dans les chaussettes, qu’ils essaient tant bien que mal de maintenir propres. Question de dignité.Le square Daviais, à deux pas de la Fnac et de la place centrale de Nantes, est devenu le théâtre d’une situation désolante : 400 exilés, venus principalement du Soudan et d’Érythrée, s’entassent sous 200 tentes et tentent de sauvegarder le peu de dignité qui... [Lire la suite]
Posté par Canel à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 septembre 2018

~ Les heures silencieuses, Gaëlle Josse

Editions Autrement, 2011J'ai Lu, mars 2012, 88 p. ♥♥♥♥♥ Ignare en arts plastiques, je m'éduque en douceur avec la newsletter de vulgarisation d'Artips.Et parfois, de manière inattendue, grâce à un roman.Avec Les heures silencieuses, par exemple, j'ai regardé minutieusement le détail d'un tableau du peintre flamand Emmanuel de Witte : 'Intérieur avec femme à l'épinette' (1667).  Comme Tracy Chevalier en écrivant La jeune fille à la perle, Gaëlle Josse a imaginé les circonstances de l'élaboration de cette oeuvre, et la vie de... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mercredi 12 septembre 2018

Rachid Taha (1958-2018)

- est décédé cette nuit    •  en duo avec Soan - 'Sens interdits' (2013)  • •  reprise de 'Douce France' de Charles Trénet (1943), avec 'Carte de Séjour' (1987)  • précision Wikipedia sur la VO de cette chanson : écrite par Charles Trenet en 1943, composée avec Léo Chauliac, enregistrée en 1947 ; soutien moral aux « expatriés de force » (prisonniers de guerre et travailleurs du STO) et en aucun cas un acte de collaboration.
Posté par Canel à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 10 septembre 2018

~ Moins qu'hier (plus que demain), Fabcaro

GlénAAARG ! - 23 mai 2018, 65 p.   ♥♥♥♥♠ Un homme, une femme. Différents pour chaque strip d'une page - sauf Géraldine & Fabien, personnages récurrents.En vrac : première rencontre, bilan d'une relation, scènes de la vie conjugale...J'ai savouré l'album, pour l'humour de Fabcaro, du même genre que dans 'Zaï zaï zaï zaï' : à la fois loufoque, grinçant, bien vu, noir, politiquement incorrect. Et parce que, comme avec la série TV des années 2000 'Un gars, une fille', on trouve des échos avec les côtés pas réjouissants... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 8 septembre 2018

~ Des forêts et des âmes, Elena Piacentini

Editions Au-delà du raisonnable, 2014Pocket, 9 février 2017, 416 p. ♥♥♥♠♠ Starsky & Hutch sans Starsky, sans Hutch, sans voiture lancée à toute blinde, sans ville. Mais la même impression trépidante/stressante pour le lecteur qui n'aime pas les polars nourris d'action et de courses poursuites.D'autant qu'ici, l'intrigue est très diluée. Les personnages se traquent et se tirent dessus dans la forêt vosgienne, essentiellement à pied, sans arrêt et sans fin…Dommage car les souffrances des adolescents Matthieu, Juliette, Lucas,... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 septembre 2018

~ Communistes ! - Pascal Thivillon

Glénat, Collection 1 000 Feuilles, 29 août 2018, 120 p. ♥♥♥♥♠ Les Fatals Picards chantent « Mon père était communiste comme on porte une croix. » ♪♫ *... ou les convictions politiques comme sacerdoce, prosélytisme, engagement chronophage, contraintes. Idem pour Pascal Thivillon, qui décrit sa jeunesse dans les 70-80's de fils de militants PCF : manifs, distribution de tracts sur les marchés, porte-à-porte, collage d'affiches, réunions du comité, syndicalisme, fête de l'Huma. Et, le meilleur pour les enfants :... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 5 septembre 2018

~ Aux vents mauvais, Elena Piacentini

Pocket, 14 juin 2018, 352 p. ♥♥♥♥♠ Un commandant chargé d'enquêter sur le cadavre d'une jeune femme, un tagueur de seize ans, un petit ‘Réunionnais de la Creuse' * (selon la formule consacrée) et quelques autres personnages dans cette intrigue aux ramifications multiples.Les trois premiers ont pour point commun d'avoir des grands-mères formidables, à qui ils doivent beaucoup. L'ado ne le sait pas encore, mais on va assister avec lui à l'éclosion d'une belle complicité inter-générationnelle. Et ce sont sans doute les moments en... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]