dimanche 23 février 2014

~ Le fidèle Rouslan, Gueorgui Vladimov

Vernyi Ruslan, 1975traduit du russe par François CornillotBelfond, janvier 2014, 273 p. Lu par Mr ♥♥♥♥♥ Rouslan vit et travaille dans un goulag. Il a été formé pour surveiller les prisonniers, aider à retrouver ceux qui tentent de s’évader, et bien sûr obéir à son maître, gardien dans le même camp que Rouslan. Après la mort de Staline, ce camp ferme, ses prisonniers le quittent du jour au lendemain, les barbelés puis les miradors disparaissent aussi.L'auteur raconte le désarroi du chien Rouslan face à cet événement auquel... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 février 2014

~ Les Renards pâles, Yannick Haenel

Gallimard, août 2013, 192 p. ♥♥♥♥♥ Chômage, loyers en retard, expulsion. Cet homme se retrouve à la rue, s'abrite dans une voiture, mais il le vit comme une émancipation.D'une manière générale, ceux qui expriment leur pessimisme sur la société occidentale m'intéressent - sauf les petits malins qui s'engouffrent dans la brèche pour recruter côté droite de la droite.Loupé, ici : ce discours en faveur des laissés pour compte m'a plus souvent hérissée que convaincue.On subit un alignement de considérations geignardes et hargneuses... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 17 février 2014

~ Le jour où on a retrouvé le soldat Botillon, Hervé Giraud

Thierry Magnier éditions octobre 2013, 133 p. Lu par Mr ♥♥♥♥♥ Le soldat Botillon raconte : sa vie au front, ce qu'il a laissé à l'arrière, ses espoirs, ses souffrances, ses sentiments face au carnage auquel il participe... Le récit du soldat alterne avec celui de son arrière petit-fils, encore enfant, lui aussi en "guerre" contre ses jeunes voisins. Dans ce roman ce sont les aspects dramatiques et la réflexion sur l'absurdité de la guerre qui dominent, même si l'on y trouve aussi quelques touches d'humour caractéristiques de... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 16 février 2014

~ Nulle et Grande Gueule, Joyce Carol Oates

Big Mouth & Ugly Girl, 2002traduit de l'américain par Claude SebanFolio, juin 2004, 336 p. ♥♥♥♥♥ Ursula se trouvait terne, trop grande, trop costaud - adolescence, ton univers impitoyable. Depuis qu'elle s'est auto-baptisée 'la Nulle' en secret, elle ne craint plus rien ni personne. Sa seule présence impose le respect, personne n'ose s'y frotter. Mais elle a beau s'être blindée, endurcie et isolée, elle garde une belle sensibilité et une grande générosité. Elle seule osera défendre Grande Gueule, un type sympa qui fait rire... [Lire la suite]
Posté par Canel à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
dimanche 9 février 2014

~ Parfois on tombe, Solène Bakowski

Favre, janvier 2014, 224 p. ♥♥♥♥♥ "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé" a déclaré Lamartine. Sarah en sait quelque chose : elle vient de perdre brutalement son mari et leur petite fille - morts ? disparus ? partis ? Détresse, remords de n'avoir pas su savourer son bonheur ; pire même, de s'être crue prisonnière d'une routine et malheureuse. Et parce qu'elle ne supporte plus de rester où ils vivaient tous les trois, Sarah fuit en Chine.Dans sa douleur, la narratrice pose un regard acerbe sur la société et nos activités... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
dimanche 2 février 2014

~ Le cas Eduard Einstein, Laurent Seksik

Flammarion, août 2013, 304 p. Lu par Mr : ♥♥♥♥♥ Eduard Einstein est le fils cadet d'Albert et de sa première épouse, Mileva. Alors qu'il étudie la médecine et se passionne pour la philosophie, Eduard adopte des comportements délirants. A l'âge de vingt ans, il est interné dans un hopital psychiatrique en Suisse, par mesure de protection envers lui-même et les autres. L'auteur fait alterner les récits de la vie d'Eduard, de sa mère et de son père, présentant ainsi les points de vue et le ressenti (en partie imaginés) de chacun.... [Lire la suite]
Posté par Canel à 17:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 1 février 2014

~ La tête de l'emploi, David Foenkinos

J'ai lu, Libriojanvier 2014, 288 p. ♥♥♥♥♥ Souvenez-vous, dans les 90's. Dans la littérature, au cinéma, partout, des trentenaires se répandaient sur leurs problèmes existentiels - célibat, couple, aventures... mais que choisir ?Ces nombrilistes souffreteux ont vieilli, mais pas mûri. Aujourd'hui ils sont quinquagénaires, et nous reviennent en force avec leurs états d'âme. Ils se sont mariés, ont eu des enfants, de bons jobs dans les années 80, mais voilà que tout part à vau-l'eau. Alors ils regardent en arrière, regrettent leurs... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
lundi 27 janvier 2014

~ Le cas Eduard Einstein, Laurent Seksik

Flammarion, août 2013, 304 p. ♥♥♥♥♥ Officiellement, Albert Einstein a eu deux enfants, nés de son premier mariage avec Mileva Marić. L'aîné devint professeur en génie hydraulique. Eduard, le cadet, était tout aussi brillant, mais atteint de schizophrénie. Il fut interné en hôpital psychiatrique à l'âge de vingt ans, au début des années 1930.Avec finesse, sensibilité et sans manichéisme, Laurent Seksik dresse les portraits de trois souffrances. Celle du père, l'illustre Albert Einstein, dont le "chagrin [était] doublé d'un... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 12 janvier 2014

~ Incidences, Philippe Djian

Gallimard, Blanche, février 2010, 240 p. ♥♥♥♥♥ A cinquante-trois ans, ce prof de fac n'a connu que de brèves aventures avec des étudiantes. Préférence pour la "chair fraîche" ? Facilité, puisque ces jeunes femmes font toujours le premier pas ? Plaisir d'être idolâtré d'emblée par ses maîtresses ? Pas si simple. Le lecteur découvre peu à peu, avec un malaise grandissant, l'histoire de cet homme et de sa soeur, tous deux victimes de maltraitance dans leur enfance.La plume de Djian est très agréable, ciselée, rythmée. L'auteur a de... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
mercredi 8 janvier 2014

~ Kinderzimmer, Valentine Goby

Actes Sud, août 2013, 224 p. ♥♥♥♥♥ Le camp nazi de Ravensbrück comptait 40 000 détenues en 1944, dont Mila, déportée politique.Le récit est centré sur le ventre des femmes : le peu qui entre dans l'estomac, la faim extrême, les fluides qui sortent de manière incontrôlable - les vomissements, les diarrhées, mais aussi l'urine parce que les passages aux toilettes sont limités, le pus des plaies - la pudeur et la dignité ainsi niées par les tortionnaires. La fécondité tarie avec les règles qui se sont arrêtées, la grossesse vécue... [Lire la suite]
Posté par Canel à 15:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]