dimanche 15 octobre 2017

~ Les Bas-fonds, Maxime Gorki

L'Arche, Scène ouverte, 13 juin 1997, 120 p. ♥♥♥♥♠ « Une cave qui ressemble à une grotte », dont la location ne laisse à ses miséreux pensionnaires que quelques kopeks pour boire, jouer aux cartes, manger un peu...Maxime Gorki rassemble dans cette pièce une dizaine de laissés pour compte. Louka, un vieux 'pélerin' se joint bientôt à eux, sa parole est sage et bienveillante, il sait apaiser les âmes tourmentées - cette jeune femme qui se meurt, cette autre qui crève de solitude, d'ennui et rêve d'amour, cet ancien acteur dont... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 9 avril 2017

~ Eugénie, Côme de Bellescize

L'Avant-Scène théâtre, Collection 'Quatre-Vents Contemporain', 16 novembre 2015, 76 p. ♥♥♥♥♠ Ils voulaient un enfant, ils n'y arrivaient pas. Ou plutôt si, mais l'enfant ne « s'accrochait pas », comme on dit lorsqu'on voit tristement le sang couler alors que le test de grossesse était bon, quelques jours ou quelques semaines plus tôt... C'est devenu un défi pour Sarah et Sam, une obsession, une course contre la montre, au point de faire l'amour sur le lieu de travail du futur papa au moment de la ponte ovulaire. Au point d'aller se... [Lire la suite]
Posté par Canel à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 9 mai 2015

~ Antigone, Jean Anouilh

Editions de la Table Ronde, 1946, 133 p. Lu par Mr ♥♥♥♥♥ En 1942, Jean Anouilh revisite la célèbre tragédie écrite par Sophocle en – 441.Le fil conducteur de ces deux versions est similaire, mais Anouilh sort l’intrigue de son cadre historique originel, en modifie le ton, et le caractère de quelques personnages (et en ajoute de nouveaux). S’agissant d’une tragédie, il y a peu de suspense, d’autant moins qu’Anouilh annonce dès le début la mort d’Antigone. De grandes tirades alternent avec de courts dialogues. Ces derniers... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mardi 17 février 2015

~ Les Caprices de Marianne, Alfred de Musset

première publication dans La revue des deux Mondes, 15 mai 1833lu en édition Pocket Classiques, 2004, 141 p. ♥♥♥♥♥ Coelio s'est entiché de Marianne, mais la belle est mariée au vieux juge Claudio et semble indifférente au jeune homme. Trop timide, Coelio envoie son ami Octave - cousin de Claudio - lui déclarer sa flamme. Marianne résiste, piquée. Et puis, à tout prendre, puisque son mari s'avère être un gros blaireau, pourquoi ne pas se laisser aller à quelques caprices...J'ai eu envie de découvrir les textes de Musset en lisant... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 9 août 2014

~ Votre maman, Jean-Claude Grumberg

Actes SudUn endroit où aller avril 2012, 56 p. -dy-dr-y ♥♥♥♥♥ yhcfhc "Votre maman". Ces deux mots ouvrent chaque chapitre/acte de cette courte pièce. C'est ainsi que le directeur de la maison de retraite commence ses échanges avec le fils de cette dame atteinte d'Alzheimer. Il n'a que des doléances à lui formuler : la maman est difficile, parfois agressive, les moyens manquent. Mais que peut faire ce fils, entre cette vieille femme effectivement ingérable et une structure hospitalière inadaptée (manque de budget, manque... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 4 août 2014

~ Marie des Grenouilles, Jean-Claude Grumberg

Actes Sud, 2003, 72 p. ♥♥♥♥♥ On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, dit-on.A l'inverse, on n'attrape pas les mioches avec des rois et des princesses, des sortilèges, de la bave de crapaud, des fées. Ces ingrédients ne suffisent pas à rendre un ouvrage attrayant. L'habit ne fait pas le moine, l'enrobage ne leurre pas longtemps.Énième variation autour du thème de la différence, de l'intolérance, de la haine. Parfois ce sont des loups qui se font la guerre pour des histoires de taille, de couleur... ou des chiens, des... [Lire la suite]
Posté par Canel à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 janvier 2014

~ La trahison d'Einstein, Eric-Emmanuel Schmitt

Albin Michel, 15 janvier 2014, 153 p. • l'avis de Canel ♥♥♥♥♥ Echanges fictifs entre Albert Einstein et un vagabond entre 1934 et 1955.Considérations sur la guerre à venir, en cours, sur la riposte nucléaire, et plus généralement sur le pacifisme, le militarisme, l'utilité pour les Etats de se doter d'une armée et d'armes dissuasives, défensives et/ou offensives.Cette courte pièce a le mérite de situer Einstein dans l'Histoire, de rappeler son "rôle" dans la politique américaine, et les soupçons du gouvernement américain à... [Lire la suite]
Posté par Canel à 10:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 13 janvier 2014

~ Un caprice de Bonaparte, Stefan Zweig

  Grasset, Les Cahiers Rougesnovembre 1993, 205 p. ♥♥♥♥♥ Le pouvoir permet tout.De faire ramper des hommes (contraints, bêtement dociles, ou véritablement éblouis par le dominant).De prendre leurs femmes, de gré ou de force.Et de jeter les indésirables sans autre forme de procès.L'être humain ne s'est pas affranchi de cette loi animale au cours de son "évolution". Stefan Zweig le montre via ce récit d'une conquête féminine de Bonaparte lorsqu'il était général des armées.Avec sa plume élégante, sobre et précise, l'auteur... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
vendredi 10 janvier 2014

~ Marguerite, reine des prés - Karin Serres

L'École des Loisirs, Théâtremars 2002, 79 p. ♥♥♥♥♥ La famille Bourgol est probablement apparentée aux célèbres Groseille.Madame est une mégère qui régente son monde, houspille son mari mollasson et son fils idiot, mais prend soin (heum) de sa fille Marguerite en qui elle place de grands espoirs.L'abominable bonne femme distribue généreusement des insultes au mari, des baffes à son grand benêt de fiston, et de la bouffe en surdose, bien grasse, bien salée, bien sucrée à sa Marguerite. Elle la gave comme une oie pour un concours de... [Lire la suite]
Posté par Canel à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 21 décembre 2013

~ L'hiver, quatre chiens mordent mes pieds et mes mains - Philippe Dorin

L'Ecole des Loisirs, Théâtre octobre 2008, 64 p. ♥♥♥♥♥ Une pièce complètement surréaliste, dans laquelle le décor, les personnages et leur présence se composent et évoluent via l'imaginaire des narrateurs/acteurs. Ce petite texte est très étonnant, riche en humour absurde et réflexions brillantes, poétiques et sages sur la vie, le couple, la pauvreté. A lire une seconde fois dans la foulée pour décortiquer les phrases et en comprendre les différents sens. Je suis impatiente de lire les autres pièces de l'auteur éditées dans... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]