mercredi 23 octobre 2019

~ Mademoiselle Julie, August Strindberg

Fröken Julie, 1888lu dans la collection l'Avant-Scène Théâtretraduction de Elena Balzamo1996, 34 p.  ♥♥♥♠♠ Inconvenante, mademoiselle Julie qui danse avec les domestiques en cette soirée de Saint Jean, au lieu d'accompagner son père, le Comte ? Sa présence déroute le 'peuple', dérange la bienséance. Sont-ils obligés de la tolérer parmi eux, eu égard à sa condition ? « Ne prenez pas ça comme un ordre ! Aujourd'hui c'est la fête et nous sommes tous égaux, sans distinction de rangs ! » Devient-elle l'une des leurs ? Quid du... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 7 juillet 2019

~ 10 000 brèves de Comptoir, Jean-Marie Gourio

♥♥♥♥♠ Jean-Marie Gourio a commencé à recueillir et compiler ses Brèves de comptoir en 1988. Dans les années 1990, je me régalais à lire ces perles, petits échanges saisis dans des bars et retranscrits. Ces paroles sont à la fois bêtes, touchantes, absurdes, sages. Souvent logiques et pleines de bon sens, en tout cas. La restitution par l'auteur est très drôle, généralement plus bienveillante que moqueuse. Trente ans plus tard, m'amusent-elles toujours autant ? Ont-elles bien vieilli ? Et moi ? Oui, elles me font toujours... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 11 mai 2019

~ La Jeune Fille et la Mort, Ariel Dorfman

Actes Sud Papiers, 4 juin 1999, 54 p. ♥♥♥♥♠ Dans ce pays d'Amérique latine, la dictature a officiellement laissé place à une démocratie, mais les tortionnaires/criminels n'ont pas été jugés. En vertu d'une loi d'amnistie, le pays est censé « se réconcilier dans la paix ». Quinze ans après sa détention, Paulina n'est pas guérie. Il lui est par exemple impossible d'entendre des musiques qu'elle aimait avant d'avoir à les subir pendant les agressions de ses geôliers. Lorsqu'il lui semble reconnaître la voix d'un de ses... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 11 avril 2019

~ Douze Hommes en colère, Reginald Rose

Twelve Angry Men, 1954traduit de l'anglais (US) par Attica Guedj & Stephan MeldeggL'Avant-Scène Théâtre, novembre 2006, 100 p. ♥♥♥♥♥ Douze keums qu'ont le seum. C'est le souk entre eux, et pourtant, y a pas de meufs. En 1954, aux Etats-Unis, les jurys populaires, c'est une affaire de mecs. Ces douze-là doivent rendre un verdict à l'unanimité, ça promet d'être long, c'est mal parti pour le match du soir. Le sujet du débat : faut-il envoyer sur la chaise électrique un garçon de seize ans accusé d'avoir tué son père ? Oui, selon... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 30 janvier 2019

~ Dis à ma fille que je pars en voyage, Denise Chalem

Actes Sud - Papiers, 10 octobre 2006, 57 p. ♥♥♥♥♠ Lorsque Caroline arrive dans la cellule qu'occupe Dominique, celle-ci est en détention depuis sept ans déjà. Autant dire qu'elle connaît les règles, les astuces. Après avoir accueilli froidement la nouvelle, comme il se doit pour assurer son autorité, elle lui fait profiter de son expérience. Ces deux femmes ne sont pas du même monde, leurs forfaits ne sont pas les mêmes, mais la confiance s'installe et un lien va se tisser entre elles.Après trois lectures* sur les... [Lire la suite]
Posté par Canel à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 23 janvier 2019

~ Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz, Mohamed Kacimi

L'Avant-Scène Théâtre, 11 juillet 2018, 90 p. ♥♥♥♥♥ Soir de Noël et permission de minuit dans la bibliothèque d'une prison.Entre deux étagères meublées de quelques livres, elles sont cinq femmes à entrer, sortir, parler, crier, rire, pleurer. En cette soirée spéciale, elles échangent sur leur blues, leurs rêves, leurs désillusions, et un peu sur ce qui les a conduites là, aussi. Mais très peu. Seulement quand ça les hante trop ; c'est alors un monologue, comme un cauchemar éveillé, et les autres se taisent, s'effacent. ... [Lire la suite]
Posté par Canel à 19:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 16 janvier 2018

~ Montserrat, Emmanuel Roblès

pièce jouée pour le 1e fois en 1948 - Le Seuil, 1949Le Livre de Poche, 2014, 158 p. ♥♥♥♥♥ Dans cette intrigue, Bolivar, le chef des révolutionnaires vénézuéliens, est en fuite grâce à la complicité de Montserrat, un officier espagnol. Celui-ci, désormais considéré comme un traître, risque d'être exécuté s'il ne dévoile pas la cachette de Bolivar. Comment le faire parler ? Le lieutenant Izquierdo imagine un stratagème aussi ingénieux que monstrueux.Les hommes en guerre blessent, torturent, violent, massacrent d'autres humains,... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 15 octobre 2017

~ Les Bas-fonds, Maxime Gorki

L'Arche, Scène ouverte, 13 juin 1997, 120 p. ♥♥♥♥♠ « Une cave qui ressemble à une grotte », dont la location ne laisse à ses miséreux pensionnaires que quelques kopeks pour boire, jouer aux cartes, manger un peu...Maxime Gorki rassemble dans cette pièce une dizaine de laissés pour compte. Louka, un vieux 'pélerin' se joint bientôt à eux, sa parole est sage et bienveillante, il sait apaiser les âmes tourmentées - cette jeune femme qui se meurt, cette autre qui crève de solitude, d'ennui et rêve d'amour, cet ancien acteur dont... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 9 avril 2017

~ Eugénie, Côme de Bellescize

L'Avant-Scène théâtre, Collection 'Quatre-Vents Contemporain', 16 novembre 2015, 76 p. ♥♥♥♥♠ Ils voulaient un enfant, ils n'y arrivaient pas. Ou plutôt si, mais l'enfant ne « s'accrochait pas », comme on dit lorsqu'on voit tristement le sang couler alors que le test de grossesse était bon, quelques jours ou quelques semaines plus tôt... C'est devenu un défi pour Sarah et Sam, une obsession, une course contre la montre, au point de faire l'amour sur le lieu de travail du futur papa au moment de la ponte ovulaire. Au point d'aller se... [Lire la suite]
Posté par Canel à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 9 mai 2015

~ Antigone, Jean Anouilh

Editions de la Table Ronde, 1946, 133 p. Lu par Mr ♥♥♥♥♥ En 1942, Jean Anouilh revisite la célèbre tragédie écrite par Sophocle en – 441.Le fil conducteur de ces deux versions est similaire, mais Anouilh sort l’intrigue de son cadre historique originel, en modifie le ton, et le caractère de quelques personnages (et en ajoute de nouveaux). S’agissant d’une tragédie, il y a peu de suspense, d’autant moins qu’Anouilh annonce dès le début la mort d’Antigone. De grandes tirades alternent avec de courts dialogues. Ces derniers... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]