dimanche 14 juin 2020

~ La Dame de Reykjavik, Ragnar Jónasson

Dimma, 2015traduit de l'anglais, d'après l'islandais, par Philippe ReillyEditions de la Martinière, 2018Points, 5 mars 2020, 312 p. ♥♥♥♠♠ Plus au nord que la dame de Haute-Savoie de Francis et que la dame de pique d'Alexandre : la dame de Reykjavik. Cette inspectrice de police Hulda est un peu à l'ouest, depuis que son chef Magnus lui a annoncé son départ en retraite anticipée. Un jeune collègue prometteur la remplace, il est déjà installé dans son bureau, elle n'a que quelques jours pour plier bagage. Magnanime, Magnus l'autorise à... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 11 juin 2020

~ Fermer les yeux, Antoine Renand

Robert Laffont, La Bête noire, mars 2020, 440 p. ♥♥♥♠♠ Ecrit avant L'Empathie, mais publié après, au vu du succès du premier paru (L'Empathie, donc), ce Fermer les yeux m'a beaucoup moins intéressée que le précédent. Ici : enquête non officielle autour d'un serial killer, menée par un policier alcoolique & retraité, une avocate médiatisée jeune & jolie, et un auteur spécialisé dans les tueurs en série - clin d'oeil au romancier Stéphane Bourgoin*, qui tombe hélas un peu à plat puisque cet auteur a reconnu depuis quelques... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 31 mai 2020

~ L'Empathie, Antoine Renand

Robert Laffont, 2019Pocket, 13 février 2020, 490 p. ♥♥♥♥♥ Viols, meurtres, surenchère de violences diverses (conjugales, familiales, carcérales). Thriller sensationnaliste qui reprend des sujets qui cartonnent ? Le sous-titre racoleur sur la première de couverture peut laisser craindre un best-seller formaté, essentiellement destiné à empêcher le lecteur de dormir (fenêtre ouverte - dommage, la canicule arrive). La lecture est aisée et très agréable, grâce aux talents de conteur d'Antoine Renand, et à la construction impeccable du... [Lire la suite]
Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 22 mai 2020

~ Ce que tu veux, Sabine Durrant

Remember me this way, 2014traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Paul BenitaPréludes, 9 mars 2016Le Livre de Poche, 3 mai 2017, 512 p. ♥♥♥♥♠ « Il faut que je la garde pour moi tout seul, pour ne pas gâcher tout ce que je me suis donné tant de mal à construire. » Il semble avoir réussi : un an après son décès dans un accident de voiture, Zach accompagne encore Lizzie. La jeune veuve ne pense qu'à lui, le voit partout, et se sent coupable. Processus logique du deuil, au dire de ses ami(e)s. Quelques phénomènes troublants, de plus en... [Lire la suite]
Posté par Canel à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 17 mai 2020

~ Mémoire brisée, E.O. Chirovici

Bad Blood, 2018traduit de l'anglais par Isabelle MailletLes Escales, 2019Pocket, mars 2020, 345 p. ♥♥♥♠♠ Que s'est-il passé cette nuit d'octobre 1976 à Paris ? Une femme est décédée, mais comment ? Atteint d'une maladie qui le condamne à brève échéance, Joshua Fleischer fait appel à James Cobb, psychologue spécialisé dans l'hypnose, pour reconstituer les faits quarante ans plus tard. Après un premier tiers passionnant, nourri d'échanges entre Joshua et James, l'intrigue rebondit et s'alourdit avec des digressions autour du psy, et... [Lire la suite]
Posté par Canel à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 13 mai 2020

~ Pavillon 38, Régis Descott

Jean-Claude Lattès, 2005Le Livre de Poche, 7 février 2007, 415 p. ♥♥♥♥♠ L'été, les grandes surfaces 'culturelles' proposent des opérations de déstockage : pour 2 poches achetés, 1 offert. Voilà comment ce Pavillon 38 s'est retrouvé dans ma PAL, un jour, parce que le choix est généralement restreint, ou que j'arrive en général trop tard ? En manque de polars faciles & efficaces, je viens de le sortir (et de le lire), malgré les avis tièdes sur Babelio.J'ai dévoré ! On y trouve matière à réflexion (sans issue, en fait) sur un... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 9 mai 2020

~ Une Confession, John Wainwright

Cul-de-sac, 1984traduit de l'anglais par Laurence RomanceSonatine, 201910/18, 6 février 2020, 310 p. ♥♥♥♥♥ Le couple Duxbury est sur la mauvaise pente, très loin de la félicité des débuts, trente années plus tôt. C'est du moins ce qui apparaît dans le journal intime de John, l'époux. Ces confessions sont destinées à son fils, à titre posthume. On en prend connaissance sur presque cent pages, et c'est long de suivre les récriminations de ce quinquagénaire geignard, ses considérations sur le couple et le caractère de sa femme. Le... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 29 avril 2020

~ Au fond de l'eau, Paula Hawkins

Into the Water, 2017traduit de l'anglais par Corinne Daniellot & Pierre SzczecinerSonatine, 2017Pocket, juin 2018, 500 p. ♥♥♥♥♠ « Quand quelqu'un meurt de cette manière, la question qu'on se pose, c'est toujours 'pourquoi'. Pourquoi a-t-elle fait ça ? Pourquoi mettre fin à ses jours (...) ? » Avec cette question, vient celle de la 'responsabilité' des proches, accompagnée de leur sentiment de culpabilité. Ils peuvent passer le reste de leur vie à chercher « quelque chose à quoi se rattacher, quelque chose qui puisse leur faire... [Lire la suite]
Posté par Canel à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 21 avril 2020

~ Lumière noire, Lisa Gardner

Find her, 2016traduit de l'anglais (US) par Cécile DeniardAlbin Michel, 2018Le Livre de Poche, 22 janvier 2020, 570 p.♥♥♥♥♠ Les gens qui ne sont pas sur le pont (hôpitaux, commerces alimentaires, ramassage des ordures, surveillance, transport & distribution...) sont officiellement confinés depuis le 17 mars. A en croire le décompte de Pierre-Emmanuel Barré, nous en sommes au 39e jour. Mais il a dû anticiper un peu sa retraite au vert - je l'y aurais encouragé si j'étais sa compagne. 😋😍🐶🏡🌲🌳🏞 Flora, elle, est restée 472... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 6 avril 2020

~ Les Orpailleurs, Thierry Jonquet

Gallimard, 1993Folio Policier, 1998, 400 p. ♥♥♥♥♠ Le saigneur de l'anneau. A laisser au masculin et au singulier ? Vous verrez. Des mains de femmes coupées, et comme fil rouge : une bague de la même couleur. Une enquête entre Paris et la Pologne, entre les années 90 et la seconde Guerre mondiale - pendant et juste après. Plein de prénoms féminins en -a (Nadia, Martha, Helena, Aïcha, Olga, Jadwiga) et de noms polonais. Trop. Trop de pistes aussi, surtout quand on connaît la fin, la toute fin (dévoilée dans un autre livre de cet... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]