mardi 20 août 2013

~ Dès l'aube, Isabelle Florel

J'ai Lumars 2013, 157 p. ♥♥♥♥♥ Fuite en 1942 d'un Juif vers la zone libre, passeurs plus ou moins honnêtes, représailles nazies envers les fugitifs et leurs complices, réquisition des propriétés (qu'elles soient habitées ou non) par des soldats allemands, Paris occupée...Ces sujets m'intéressaient a priori, même si j'ai l'impression d'avoir beaucoup lu/vu sur ce thème - ce qui est délicat à dire, car il y a toujours à apprendre, a fortiori si l'on n'a pas vécu cette période.Je partais donc sans préjugés négatifs mais très vite tout... [Lire la suite]
Posté par Canel à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 2 février 2013

~ Les averses d'automne, Tuna Kiremitçi

Lu par Mr : Une annonce paraît dans un journal à Genève : une vieille dame juive recherche de la compagnie pour se distraire et parler turc. Une étudiante se présente chez l'auteur de cette annonce, Madame Rosella, qui s'était réfugiée à Istanbul pour échapper au nazisme. Ce livre est le récit des échanges entre ces deux femmes, et essentiellement des souvenirs de Madame Rosella, sur la guerre, le nazisme, l'amour, la fidélité. La construction et/ou les thèmes de ce livre m'ont plus ou moins fait penser à l'excellent La... [Lire la suite]
Posté par Canel à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 janvier 2013

~ Les averses d'automne, Tuna Kiremitçi

"Recherche personne parlant le turc. Rétribution convenable. Expérience non requise. Non fumeur de préférence." C'est par cette petite annonce que Pelin entre dans la vie de Madame Rosella, octogénaire vivant à Berlin. Etudiante d'origine turque, Pelin a besoin d'argent. Après une première rencontre plus ou moins convaincante, elle viendra finalement tenir compagnie à la vieille femme une fois par semaine. Madame Rosella a vécu à Istanbul pour échapper au régime nazi, elle n'y est pas retournée depuis soixante ans. Les deux... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 13 janvier 2013

~ Journal, Hélène Berr

   Malgré le respect que je porte aux victimes de la Shoah, j'avoue ne pas avoir aimé cette lecture. La première partie m'a semblé complètement futile et anecdotique : le quotidien d'une jeune femme. On a droit à pléthore de noms et/ou prénoms de ses fréquentations, que l'on ne connaîtra pas davantage. Pléthore également de rues parisiennes, de stations de métro, au gré des déambulations de l'auteur. Le menu détail de ses cours de musique, des concerts auxquels elle assiste, des bals où elle est invitée, de ses tourments... [Lire la suite]
mercredi 2 janvier 2013

~ La Vague, Todd Strasser

Lu par Junior : J'ai beaucoup aimé.  L'histoire raconte comment un professeur de lycée a fait naître une micro-dictature au sein d'une classe, puis dans le reste de l'établissement. Après qu'une élève lui eut demandé comment les nazis ont pu commettre de telles atrocités "aveuglément", Ben Ross décide de faire une expérience sur ses élèves, puisque lui-même ne parvient pas à répondre à cette question. Ce livre a l'apparence d'une fiction, mais a été écrit d'après un fait réel, ce qui le rend plus impressionnant... [Lire la suite]
Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 23 décembre 2012

~ Batchalo, Michaël Le Galli & Arnaud Bétend

Lu par Mr : En 1939, dans une petite ville de Bohême, deux enfants tchèques disparaissent. Or au même moment un groupe de "Zigueuner" stationne là. Ces "rroms" (ou "voleurs de poules", comme ils sont parfois - encore - appelés) deviennent des suspects privillégiés, d'autant plus qu'ils s'apprêtent aussitôt à quitter les lieux, en pleine nuit... Ils prétendent vouloir quitter la ville pour aller rechercher certains de leurs propres enfants, qui auraient aussi disparu sans explication. Commence alors une longue recherche des... [Lire la suite]

lundi 1 octobre 2012

~ Otto, Autobiographie d'un ours en peluche - Tomi Ungerer

Voici l'autobiographie d'Otto, un ours en peluche au destin mouvementé. Il entend... et voit, à partir du moment où on lui coud des yeux. Il est offert à David, un petit garçon Juif, qui le confie à son ami Oskar lorsqu'il est déporté. Otto sera témoin de la guerre en Allemagne, des départs des hommes pour le front, des bombardements... et vivra d'autres aventures, toujours en observateur passif.J'ai d'emblée été rebutée par le graphisme, vieillot, aux visages et couleurs peu engageants. Mais la beauté simple et l'émotion qui émanent... [Lire la suite]
dimanche 29 juillet 2012

~ Max, Sarah Cohen-Scali

Allemagne, 1936. Programme Lebensborn ou l'eugénisme nazi en action : on sélectionne deux géniteurs impeccablement blonds, grands et solides, au teint et aux yeux clairs, dont les ancêtres sont "irréprochables" depuis au moins 200 ans. Et on les fait s'accoupler un minimum de fois, dans le noir, sans amour, sans tendresse, pour concevoir un bébé 'parfait' dont les jeunes mamans feront don à la patrie. Pour augmenter l'effectif des futures troupes, on prend également des bambins dont la morphologie répond aux critères définis... [Lire la suite]
Posté par Canel à 18:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 21 mai 2012

~ Les hommes au triangle rose, Heinz Heger

Les homosexuels déportés, désignés par un triangle rose, furent longtemps "oubliés" après la guerre parmi les victimes des camps nazis. Certains Juifs s'indignèrent même qu'ils soient à leurs côtés lors des commémorations, "salissant ainsi honteusement" la mémoire de la Shoah... Allemands, Autrichiens ou autres, sympathisants SS ou politiquement neutres, ils furent pourtant particulièrement exposés, dans les camps de concentration, au mépris, au sadisme et à la cruauté sans bornes des nazis. En vertu de l'instinct de survie,... [Lire la suite]
mardi 8 mai 2012

~ Deuxième génération : Ce que je n'ai pas dit à mon père - Michel Kichka

Lu par Mr : L'auteur, Michel Kichka, fils d'un père juif revenu du camp d'Auschwitz, raconte son enfance puis sa vie d'adulte, de même que la genèse de cet ouvrage. Le sujet de la Shoah n'est pas tabou dans la famille Kichka, au contraire : on sent que celle-ci a fait peser un grand poids sur la vie des enfants du survivant. Ainsi, même si les parents Kichka sont aimants, tout se passe comme si les épreuves et souffrances endurées par le père interdisaient aux enfants d'avoir ou d'exprimer leurs propres maux... [Lire la suite]