Canel

dimanche 30 octobre 2022

~ La psychafamille ! - Christiane Olivier & Dominique Olivier

la psychaEd. Carrère, 1988, 88 p.

♥♥♥♥♥

L'auteure, analyste, invite Sigmund Freud à voir & entendre une famille des années 1980, soit un siècle après ses travaux et théories - sous cocaïne (à donf dans la drepou, le monsieur, comme Diego M. aux Guignols).

Voilà un album génial sur la place que chacun trouve (ou pas) dans sa famille, sur la difficulté de se construire avec et contre ses parents & le reste de la fratrie, sur l'identité et l'image de soi.

La BD date de 1988, elle a sans doute vieilli : dans mon entourage au moins, les hommes/pères participent davantage à l'éducation, et la question du genre se pose un peu différemment, même si on a continué à reproduire des stéréotypes en élevant nos enfants.
Bien que l'auteure soit psy et se réfère à quelques principes freudiens, l'ensemble est très facile à lire.
J'ai aimé écouter les préoccupations d'une enfant, adolescente, adulte, qui furent et restent les miennes (fratrie, couple) et celles de ma fille (fratrie, rapport à la mère). Avec du recul, pas dans le feu du découragement/de la colère, ça change tout !

Bien vu et intelligent. J'ai adoré et je conseille.
Album trouvé au hasard parmi des livres d'occase.
PS : Apik n'a rien compris, il ne nous a pas vu(e)s dedans. C'est bien les mecs, ça (sens de l'écoute, empathie... à revoir) !
 😒🙄

____

agenda2

27 > 29 oct.

Posté par Canel à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 2 octobre 2022

~ Des animaux et des hommes - Gaet's, Gay, Alessandra, Dan, Hureau, Marot, Martin, Titwane

des animauxPetit à petit, 25 mars 2022, 128 p.

Sur la tranche de l'album, le titre est complété par le logo Bioparc (et en tout petit, cette précision : 'Zoo de Doué la Fontaine'). Mais rien sur la couverture de l'exemplaire que j'ai emprunté à la médiathèque.

En lisant la préface, je me rends vite compte que c'est une promotion pour ce zoo, une giga-pub, où la famille Gay se glorifie de ses actions :
• sur le site, en respectant les animaux
• en finançant moult ONG
• en intervenant auprès des populations locales, où ont été 'prélevés' les animaux, pour qu'elles vivent plus confortablement et sans nuire aux espèces (18 "programmes de conservation" dans le monde).

C'est bien, s'ils sont honnêtes, mais l'autosatisfaction et les preuves pour se donner bonne conscience, ça me gave. Alors vite, la suite, pour rencontrer enfin les animaux.
Re-belote : pour chaque animal présenté, une fiche technique, puis 2-3 pages de BD qui n'apportent rien, qui répètent ce qu'on a appris dans la fiche qui précède (j'attendais des anecdotes). Et de nouveau du texte, dense, avec redites et pléthore de chiffres. ET DE L'AUTOSATISFACTION.
Je passe au suivant, il sera peut-être mieux fait, l'okapi, c'était du rodage. Même constat.
Je feuillette pour trouver mon chouchou du moment, l'orang-outan, il n'est pas là.
J'abandonne. Je reprendrai peut-être pour découvrir en diagonale quelques animaux, dont le zèbre...

En revanche, je conseille ce magnifique parc, à 20 km de Saumur (49) :
"Implanté au coeur d'anciennes carrières d'extraction de pierre coquillière, ce qui lui confère un caractère troglodytique particulier, il s'étend sur 15 hectares et présente environ 1 200 animaux de 130 espèces." (wikipédia)
Mais je n'ai jamais été tentée par le zoo des Sables-d'Olonne (85), qui appartient aussi à la famille Gay, alors que je passe souvent à côté.

____

agenda2

1er oct. - emprunt mdtk

Posté par Canel à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 1 octobre 2022

~ Quel tableau ! - Julien Couty

quel tableauRouergue jeunesse, 14 octobre 2020, 56 p.

♥♥♥♥♥

Imaginons quelques tableaux célèbres avec un décor, des éléments, un contexte des années 2020.
C'est ce que découvrent cet adulte et cet enfant que nous accompagnons au musée.
Les coquelicots de Monet sont envahis de touristes qui (se) photographient, les animaux ont disparu du 'Rêve' de Rousseau (extinction galopante d'espèces animales), des barres d'immeubles remplacent les arbres du déjeuner sur l'herbe de Manet... Vous avez compris le principe.

Excellente idée, qui pourra agacer certains pour le 'C'était mieux avant'.
Mais force est de constater que le "progrès" a créé bien des dégâts : pollution, sécheresse, tourisme de masse & foule, etc.

Bien vu, parfois amusant - les joueurs de cartes de Cézanne nus, accablés par un épisode caniculaire, certainement.
Et émouvant ♥ : 'La Grande Vague de Kanagawa' (Hokusai) qui menace d'engloutir des embarcations de fortune où sont entassés nos voisin(e)s/frères/soeurs qui fuient la guerre, la misère, etc.

____

agenda2

 24 sept. - emprunt mdtk

Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 25 septembre 2022

~ C'est aujourd’hui que je vous aime, François Morel & Pascal Rabaté

c'est aujLes Arènes BD, 30 janvier 2019, 75 p.

♥♥

Ça doit être embarrassant d'avoir un pote qui vous demande d'adapter en BD un de ses romans (autofiction ?) complètement creux.
Je plains Rabaté, sur ce coup-là.

François Morel peut avoir du talent, ses chroniques sur France Inter sont parfois jolies, mais il m'agace depuis que, grisé par son succès, il a commencé à surjouer dans les Deschiens.

La préface de l'album annonce : « Nous proposons donc à nos éventuels lecteurs une plongée dans les années Pompidou-Giscard, avec leurs sous-pulls en acrylique, leurs 404 Peugeot et leurs 4L, leurs posters de Mike Brant, (...) les canevas de chiens encadrés sur les murs du salon. »
Je me suis bien calée dans mon canapé, prête à revivre mes 70's. Mais je me suis juste barbée de long en large, avec cet ado vaguement amoureux, surtout obsédé, et récitant le Notre Père pour "sauter, reluire, artiller, enfiler, chevaucher, envoyer la fumée..." au plus vite.

Le scénario est tellement pauvre que le talent de Rabaté (notamment son humour) ne rattrape pas le coup.

     PS : les premiers personnages Playmobil ne sont apparus qu'en 1974.

____

agenda2

24 sept. - emprunt mdtk

Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 septembre 2022

~ Coppens, Lucy, moi et les autres - Emmanuelle Pouydebat & Gilles Macagno

coppens

Editions humenSciences, 31 août 2022, 140 p.

emp♥♥♥♥♥

« Il faut s'acharner pour suivre sa passion », quand vos enseignants d'université sont les premiers à vous dire qu'il va falloir s'accrocher pour faire de la recherche, que vous n'avez pas les épaules, et qu'en plus vous êtes une femme. Cela a-t-il changé depuis les années 90 ? Pas sûr...

Emmanuelle Pouydebat s'est passionnée pour l'anthropologie dès l'âge de 11 ans, lorsqu'elle a découvert Lucy* au gré d'une lecture, une de nos arrière-grand-tantes exhumée en 1974 en Ethiopie.

Dans cet album, elle raconte son parcours universitaire, ses recherches, et évoque les lieux où elle a travaillé pour observer les animaux (zoos, milieux naturels...). Devenue directrice de recherche en biologie de l'évolution au CNRS, elle travaille avec des pairs et des étudiants passionnés, pleins d'idées, sur les primates (petits singes et grands anthropoïdes, et espèces de strepsirrhiniens comme les lémuriens) et d'autres mammifères comme l'éléphant. Ensemble, ils étudient la préhension, la façon de porter les bébés, les émotions. Ses travaux sur la préhension s'enrichissent de modélisation en 3D.

Ce témoignage est aussi passionnant que touchant ; les mammifères décrits y apparaissent en effet comme de sympathiques cousins (ouf, l'auteur ne travaille pas encore sur les batraciens, j'aurais plus de mal à mettre un crapaud dans mon arbre généalo)...
Et même si l'idée de placer des animaux en captivité me chiffonne, j'ai très envie de retourner au superbe zoo de la Boissière (Maine-et-Loire), où le regard et la gestuelle des orangs-outans nous fascinent et nous troublent à chaque fois.

    * Surnom donné au fossile de l'espèce éteinte Australopithecus afarensis découvert en 1974 sur le site de Hadar, en Éthiopie, par une équipe de recherche internationale. Ce fossile est daté de 3,18 millions d'années. Ainsi baptisée grâce à la chanson des Beatles.

____

agenda2

22 & 23 sept.

Posté par Canel à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


jeudi 1 septembre 2022

♪♫ Cabadzi, Périphérie (Clip officiel)

-

Clip et chanson découverts grâce à un T-Shirt d'Aymeric Lompret ! ♥

Posté par Canel à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 juillet 2022

Actus juillet 2022

-

Quand à la radio, on entend ça au flash-météo :
'Et toujours du très beau temps avec des températures caniculaires.'

?

EmojiEmojiEmoji

------

a 07 064

a 07 073

a 07 069

a 07 065

a 07 068

a 07 055

a 07 059

a 07 067

a 07 060

a 07 062

------

à propos du 'scandale' Uber qui est censé mouiller M@nu...

a 07 054

a 07 057

a 07 053

-----

a 07 056

-----

a 07 066

a 07 058

a 07 070

-----

a 07 063

a 07 061

Bonnes vacances !

a 07 072

 

et merci à tous les auteurs géniaux qui partagent sur FB :
Soph', Sanaga, Fred Sochard, Deligne, Jo, Soulcié,
Chaunu, Mykolas, Pierick, Remy Catt, Mutio...

-

Posté par Canel à 15:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 13 juillet 2022

~ Les vraies Gens (sociologie de trottoir), Guillaume Meurice

les vraies gens couvJC Lattès, 16 mars 2022, 192 p.

♥♥♥♥

Quatre soirs par semaine ♪♫, Guillaume Meurice régale les auditeurs de 'Par Jupiter' grâce à ses chroniques élaborées à partir de paroles de 'vraies gens', selon le principe du micro-trottoir.
« Je les aborde toujours avec le micro, siglé France Inter, éteint. J'explique mon sujet du jour et demande si la personne a un avis dessus. Si oui, la discussion peut s'engager. Pour le meilleur ou pour le pire. »
On entend beaucoup de 'pire', mais son idée n'est pas de prendre les gens pour des cons, plutôt de nous montrer qu'on a tous nos étroitesses d'idées, nos raccourcis, nos paradoxes. Et c'est très facile à vérifier en s'aventurant sur certains terrains - politiques, sociaux, religieux...

L'auteur ne se considère pas comme journaliste, mais comme humoriste.
Pour moi, qui le connais depuis cinq ans (merci Laurence 😘) et suis assidument ses différents 'travaux', cet homme, aussi 'gauchiasse', intelligent & cultivé que sexy et drôle, est le professeur de culture générale qu'on devrait avoir au lycée, le bon copain d'une giga-bande qu'on aimerait rejoindre (et plus si affinités) : PE Barré, Aymeric Lompret, Thomas VDB, Cédric Herrou, Philippe Poutou... ma grande famille de coeur de gens 'bien'.
Un éducateur de conscience indispensable, qui m'a beaucoup ouvert l'esprit.

Cet ouvrage n'est pas un recueil des chroniques diffusées sur France Inter. Pas non plus, comme l'indique le bandeau, une plongée dans les 'coulisses du moment Meurice'. Il m'a un peu déçue, car l'auteur ne fait que synthétiser ses idées que j'approuve mais que je connais par coeur, et j'ai trouvé que ses traits d'humour, savoureux à la radio, sont lourds ici et tombent à plat (car maintes fois entendus ?).

Je conseille vivement malgré tout, et je vais prêter mon ouvrage - d'autant plus précieux que l'auteur y a mis des bisous vannetais ! 😘

____

agenda2

10 > 13 juillet

Posté par Canel à 20:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 25 juin 2022

~ Mon mari, Maud Ventura

mon mariL'Iconoclaste,  19 août 2021, 360 p.

♥♥♥♥

« Il faut déterminer quelle vie amoureuse on souhaite mener : serons-nous celui qui reçoit ou celui qui donne ? »
Celui qui attend & espère toujours plus, ou bien celui qui semble indifférent & solitaire...

Une femme peut-elle se rendre à ce point esclave de son mec ? et du paraître ? Au secours pour la rate au court-bouillon non stop et le budget coiffure-maquillage-fringues - si on n'est pas Brigitte M., abonnée au tout gratos pour dix ans.
Quand mes enfants étaient petits, au début des années 2000, je n'avais plus assez de temps & d'énergie pour lire des livres, alors je me distrayais avec Voici. J'y avais appris, effarée, que la danseuse Dita von Teese, alors épouse du chanteur trash Marilyn Manson, se levait systématiquement avant lui pour apparaître toujours sexy, tirée à quatre épingles, coiffée, maquillée. Les jours de télétravail en pyjama, sans soutif et les cheveux gras, pas pour elle !

La femme du roman a beau s'avérer de plus en plus immature, dingue & pathétique, ses délires m'ont captivée. J'ai lu ce livre comme un thriller, je me demandais ce qui clochait, s'il y avait "un truc", si on était dans un univers parallèle, un fantasme...
Et même si ses obsessions et manies me semblaient complètement démesurés, j'avoue m'être parfois sentie proche de ses questionnements.

Déjà vu et téléphoné mais quand même... ** habile et délicieusement pervers ! **
« J'aime pas l'amour ♪♫ » comme dirait Olivia Ruiz.

____

agenda2

19 > 25 juin  -  lu dans le cadre du prix Cézam 2022

Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 juin 2022

# O Leãozinho - Aurélien Merle

-

♥  coup de coeur pour le clip, la voix, la musique  ♥

Il s'agit d'une reprise d'un titre de Caetano Veloso par Aurélien Merle, des Goguettes.

Quand un-e ami-e est là, tout prend des couleurs !

Posté par Canel à 11:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 18 avril 2022

~ Dans les brumes de Capelans, Olivier Norek

ds les brumesMichel Lafon, avril 2022, 430 p.

♥♥♥♥

C'est Pâques ! On retrouve de vieux potes, morts depuis 3 jours, ou disparus depuis 6 ans, IRL & in literary life : Victor Coste, brisé mais toujours aussi sexy - le charme de l'oursitude.
On efface tout et on recommence : c'est le programme de protection de témoins, que Coste a rejoint comme flic, ou 'peseur d'âmes'. Grâce à ça, des délinquants/criminels ou des victimes ont une seconde chance. A eux de voir s'ils veulent coopérer.
La résidence surveillée où Coste accueille ses pensionnaires (un à la fois) est au bout du bout du monde.
« Saint-Pierre est une île de naufrage. J'ignore pourquoi. Six cent trente en deux siècles. Je suis venu m'ajouter à cette liste. »

Plaisir de lecture en V comme Victor :
1/ Régal.
Celles/ceux qui étaient déjà raides-dingues de Coste risquent de voir leur libido s'émoustiller - effet accru par le soleil & la chaleur.
Le polar a un petit air de ceux de Patrick Bauwen (ami de l'auteur) : on y apprend plein de choses.
Et on retrouve l'écriture vivante de Norek, notamment dans les relations et échanges, et particulièrement entre quatre personnages ici - méfiance, douceur, ambivalence, bienveillance... Un petit quelque chose de Frédérique Vargas, cette fois.
Pas envie de les quitter, ces gens, jusqu'à ce que...

2/ Déception croissante après un rebondissement pourtant sympa, que je n'avais pas vu venir : au secours, il reste 150 pages, comment l'auteur va-t-il meubler sans nous saturer d'action burnée dans la brume ?
Et beaucoup trop de cadavres, avant.

3/ Fin de l'action, on compte les morts et les vivants.
D'autres surprises arrivent, une fois passée la longue partie transposable en film ou série. On ne court plus dans tous les sens contre la montre, on réfléchit, on recoupe, on pige. Ça, j'aime.

Un bon Norek, pas le meilleur, et pas le meilleur de sa série Coste non plus.

___

agenda2

16 > 18 avril

Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 avril 2022

Actus 11/04/22 - élections, toujours

 -

L'artiste de rue parisien Jaeraymie réinvente l'histoire de candidats d'hier et d'aujourd'hui à l'élection présidentielle
sur des affiches électorales détournées : Gilet jaune, sans-dents... C'est çui qui dit qu'y est !

- images zoomables -

a 040

a 032

*   *   *

a 033

a 053

a 035

a 034

a 055

a 036

a 037

a 038

a 039

a 041

a 042

a 043

a 044

a 045

a 046

a 047

a 048

a 049

a 050

a 052

a 051

a 054

*    *    *

merci à tous les dessinateurs de presse, aux humoristes, etc.

 

Posté par Canel à 19:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 9 avril 2022

Actus 09/04/22 (élections, et un tout petit peu d'autres choses)

-

en vrac (à suivre, demain & lundi) - images zoomables

a 011

a 001

a 002

a 003

a 004

a 005

a 006

a 007

a 008

a 009

a 010

a 012

a 013

a 014

a 015

a 016

a 017

a 018

a 020

•  faites le bon choix !  •

a 019

- nostaaalgiiiie ! ♪♫ Les fous du volant, dans les 70's -

Posté par Canel à 22:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 27 mars 2022

~ Les choses que nous avons vues, Hanna Bervoets

les choses

hanWat wij zagen, 2021
traduit du néerlandais (Pays-Bas) par Noëlle Michel
éd. Le Bruit du monde, 3 mars 2022, 160 p.

♥♥♥

Pour les amateurs de sensations fortes, il existe
un job formidable : modérateur de contenu Web.
Bien payé, en plus : 20% de plus que le Smic !? Royal !

Il commençait bien, ce livre, qui nous parle d'emploi précaire (intérim, CDD), de cadences infernales dans des conditions hostiles (le télédémarchage), et de souffrance au travail avec ce boulot de modérateur - obligation de chiffre, visionnage de trucs atroces à la chaîne, toute une journée, que vous ne pouvez pas oublier une fois rentré(e) chez vous. On ne peut même pas prendre de la distance en cliquant machinalement si l'image/la vidéo sont choquantes : un code complexe, croisant plusieurs critères, définit ce qui est acceptable. Il faut donc s'y arrêter pour analyser.
De quoi rendre dépressif, dingue, parano, vous faire voir des suicides partout.

Kailegh & ses collègues tiennent le coup tant bien que mal avec les pauses fumette & alcool, et les retrouvailles au troquet du coin, le soir.

Intéressant, mais il ne se dégage finalement pas grand chose de ce petit roman qui part en vrille et devient de plus en plus nébuleux. Comme si la fin avait été bâclée.

    • Merci à Babelio et aux éditions 'Le bruit du monde' pour cette MCS.

-

sur le sujet, une pastille de Broute 

= série française créée en 2018 et jouée principalement par Bertrand Usclat, qui parodie le media d'actualité Brut en proposant une vision humoristique, parfois décalée et souvent impliquée de l'actualité nationale et internationale (Wikipedia)

Posté par Canel à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 24 mars 2022

# À cette étoile, Baptiste Ventadour (live à Montauban)

-

découvert hier soir en me brossant les dents au son de RTL2
la ressemblance (chant et musique) avec Soan & Gauvain Sers ne pouvait que me séduire ! ♥

qui êtes-vous, jeune génie ? je file enquêter...

voir cet article de France Bleu

Posté par Canel à 20:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 23 mars 2022

~ Les mille premiers mots en français, Heather Amery & Stephen Cartwright

les 1000 premiers motsUsborne, première parution en 1996
édition revisitée en 2014

♥♥♥♥♥

Destinée aux enfants, cette série d'albums illustrés est également parfaite pour les adultes qui apprennent une nouvelle langue.

Il s'agit d'un imagier avec des dessins colorés. Les mots sont regroupés par thèmes (animaux, sports, actions, aliments...), et par 'tableaux' représentant des scènes de la vie quotidienne : rue, commerce alimentaire, salle de classe, hôpital...

Comme le titre l'indique, on apprendra ainsi 1 000 mots.
Mais en réalité, beaucoup plus : en accompagnement, ces dessins attrayants et les expressions des visages peuvent donner lieu à des discussions, avec un vocabulaire plus étoffé et des phrases (il n'y en a pas ici).

C'est mon grand allié pendant les cours de Fle : il me sert à illustrer des mots & des idées, lorsque l'anglais, le mime et les croquis approximatifs ne suffisent pas.
Je le pose devant, il circule, les 'élèves' aiment s'y arrêter, déchiffrer. Il est vite devenu le petit chouchou de la classe.
Autre avantage : Usborne, éditeur anglais, a la bonne idée de représenter des gens 'de toutes les couleurs' - parfait pour les cours à destination de personnes venant du monde entier, pas seulement d'Europe de l'Est (et pour les enfants, bien sûr).

Atouts : clair, coloré, attractif, grand format (23 x 30.6) donc visible de loin, et malgré tout léger, grâce à sa reliure souple.
Dans la nouvelle édition, on trouve le célèbre petit canard jaune, à débusquer sur chaque double page.

Seul regret : l'avant-propos annonce que le lecteur peut « écouter tous les mots du livre sur le site web des éditions Usborne », mais le lien indiqué n'est plus actif.

Posté par Canel à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 mars 2022

~ Revue DADA n° 259 - Invader

invaderArola, 10 novembre 2021, 52 p.

♥♥♥♥♥

Le Pixel Art, c'est des p'tits carrés, des p'tits carrés, toujours des p'tits carrés, en -2D- ou -3D.

L'artiste Invader n'a rien inventé : les mosaïques existaient déjà dans l'Antiquité, il s'est inspiré des jeux vidéos des années 80 pour ses motifs pixellisés, et il puise dans la culture populaire pour ses représentations (BD, ciné, musique...).

Mais il est génial et créatif : il adapte ses collages aux contextes (un régent décapité à Versailles... mais rue St Lazare, pour lui laisser une chance de reprendre vie). Il crée même des mises en abime, comme à Montpellier où la carte de ses mosaïques représente un Invader géant.
Pour que l'art soit accessible à tous, il colle ses oeuvres dans la rue, même si c'est illégal, même si elle se font vandaliser ou voler.

J'arrête de spoiler et vous laisse découvrir plein d'autres choses dans ce numéro de DADA passionnant - dont l'origine du monde au carré.
C'est d'ailleurs grâce à cette collection que je me suis intéressée à Banksy, au street art, au pixel art, au Land art... Pas besoin d'entrer dans des musées !

___

agenda2

17 mars - emprunt mdtk   [ mon grand retour, le Pass' n'est pas exigé ! ]

Posté par Canel à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 mars 2022

~ Cinq doigts sous la neige, Jacques Saussey

5 doigtsCosmopolis, 27 août 2020, 362 p.

♥♥

La Boum, 3 - avec Safi(lle) Morceaux.
   ♪♫ Nightmares are my reality...
   There was something merdic in the air... ♪♫
En vrac, pour ne rien dévoiler de l'intrigue : viol (premières pages), groupes d'ados et caïds, hormones en ébullition, drogue, légionnaire connard, mari volage, neige, mensonges & quiproquos, morts à gogo (autant que de doigts dans la neige ? je ne sais plus).

Depuis son terrible Enfermé.e (2018), j'étais restée sur l'équation : Saussey = valeur sûre
J'aurais dû relire mon billet sur 'Du poison dans la tête' avant de me jeter sur ce dernier thriller de l'auteur. Et me souvenir qu'il était de la même famille d'écriture que Claire Favan.
Pour la nuance et la crédibilité, on repassera.
Pour une adaptation en téléfilm sur TF1 (en 2 parties), c'est jouable ; ça semble même écrit pour.

Je n'aime pas les machos crétins, ni les ambiances anxiogènes avec marche dans la neige jusqu'à en crever.
Je me suis maudite de ce choix (dernière Masse critique Mauvais genre), j'ai perdu un WE de lecture, tout est dit. Point positif : je me méfierai désormais de cet auteur et de ses intrigues too much.
Je n'ose même pas le faire tourner dans mon circuit habituel, ce polar formaté & relou.
___

agenda2

18 > 20 mars - merci à Babelio et à Cosmopolis (mea culpa, pour le choix)

Posté par Canel à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 mars 2022

~ L'apprenti loup, Claude Boujon

L'Ecole des loisirs, 1998, 28 p.

On ne mélange pas les torchons et les serviettes.
Dans la chaîne alimentaire (naturelle), dans une hiérarchie humaine (construite socialement), il y a peu de chance que les rapports s'inversent ou s'égalisent. Un loup n'est pas censé devenir pote avec des papillons, des lapins et des moutons.
Sauf dans la littérature jeunesse.

Et puisque L'Apprenti loup est un album pour enfants, j'ai voulu croire à une belle histoire d'amitié, au-delà des apparences, des appartenances.
Mais la conclusion est aussi désolante que celle de la fable d'Esope*, 'Le Laboureur et le Serpent gelé'.
Bienvenue dans ce monde sans pitié, les petits !

Brutal et sans intérêt, selon moi.

   * La fable d'Esope :
    Un laboureur trouva dans la saison d'hiver un serpent raidi par le froid.
    Il en eut pitié, le ramassa et le mit dans son sein.
    Réchauffé, le serpent reprit son naturel, frappa et tua son bienfaiteur, qui, se sentant mourir, s'écria :
    « Je l'ai bien mérité, ayant eu pitié d'un méchant. »
    Cette fable montre que la perversité ne change pas, quelque bonté qu'on lui témoigne.

Posté par Canel à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 13 mars 2022

~ Bel abîme, Yamen Manai

bel abime

Elyzad, 02/09/2021, 112 p.

yam♥♥♥♥♥

Une seule voix : celle d'un Tunisien de quinze ans, face à un avocat commis d'office, puis un psy. Pourquoi a-t-il tiré sur son père, sur un agent municipal, sur le maire, etc. ? Au nom de quoi ? Est-il terroriste ?

Il raconte, il en a gros sur le coeur, et n'a visiblement plus rien à perdre depuis longtemps. Il vit dans un monde froid, rigidifié par des principes religieux absurdes, énoncés trois siècles plus tôt et réécrits, réinterprétés. Il a été élevé par des adultes violents (son père, ses enseignants) ou complices passifs (sa mère). Aussi, quand il perd ce qu'il a de plus cher, il part en vrille. Mais chut, on n'en dira pas plus.

L'auteur fait monter la tension et l'empathie sur une centaine de pages, avec une grande finesse et même de l'humour - celui du désespoir, sans doute.
Emue et en colère, j'ai écouté d'une traite cet adolescent intelligent et sensible.
Demain les Kids... ♪♫ *

« Dans ce monde de façades, ce qu'il y a de plus précieux est ce qui coûte le moins. Un livre, une étreinte, et l'amour, l'amour. (...) »

La 4e de couv' est trop bavarde, et la première est hideuse (solide aversion pour les portraits réalistes d'animaux, sans doute depuis les canevas muraux des années 70 ?).

___

agenda2

3 mars - lu dans le cadre du jury Cezam 2022

Posté par Canel à 20:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]